Carriole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Carriole

Message  Louis le Lun 21 Déc 2009 - 0:11

La carriole, cahin-caha, sur les chemins tortueux, sur les sentiers boueux, s’en va, cahin-caha. Tangue, cahote, elle passe, elle va, bringuebalante, sautillante, bondissante. Elle va. Par les routes, les rues, les grandes avenues, chemine sur deux roues branlantes, charrette secouée par maints hoquets, ballottée. On l’a vue passer près de tous les fossés, on l’a vue se glisser entre des immeubles élevés, on l’a vue disparaître dans des venelles pavées. Un petit cheval, fluette haridelle, tire la charrette, inlassable, sans peine.
Elle m’est apparue un soir, ombre mouvante, forme troublante, entre le soleil et l’horizon.
Elle m’est apparue, j’ai tout laissé, j’ai tout quitté, j’ai couru derrière elle. J’ai rejoint la carriole, je l’ai suivie, je n’avais plus de liens, plus rien pour me tirer hors de l’ennui, hors de la vie déchirée, déglinguée, je l’ai suivie, j’ai marché dans son sillage imbibé de rosée, traînée scintillante, chemin de mer, sillon miroitant, chemin ouvert, je l’ai suivie.
J’ai suivi la charrette surmontée d’une bâche couleurs bariolées, teintée bleu fluorescent, rouge sang, toile taguée de visages grimaçants, souriants, variables expressions au gré du vent, au gré de chaque aventure au coin de l’instant en bordure des routes de passage, des sentiers, des chemins aux grands rivages.
Le chariot, et derrière toute une troupe tapageuse, bigarrée, sauvage. Pitres farceurs à se maquiller de boue et de nuages, saltimbanques à courir, sauter, bondir, histrions bouffons, rieurs, joueurs, crieurs de bonnes nouvelles à braver le destin, bateleurs, gitanes rebelles à danser, légères, aériennes : tous derrière, chariot devant, suiveurs, tous nomades, errants, tous dans le sillon du chariot, de la carriole qui s’en va, cahin-caha.
Folle suite de la charrette. Folle suite du chariot qui jamais ne s’arrête.
« Il faut suivre, il faut suivre, me lança un surprenant arlequin, ne pas se décoller, non, non, pas se laisser distancer, pas s’écarter, ah non, pas se détacher ». Etrange polichinelle, il court toujours en chien de berger pour empêcher dans la troupe, tout écart, toute rupture, toute déchirure. Pas d’éparpillement, tous soudés, unis, resserrés derrière, et la charrette devant, toujours devant.
Tout passait, les paysages défilaient, nous étions les suivants. Nous venions après, toujours après. Et la carriole toujours nous précédait.
La carriole va, cahin-caha. Toute une foule suivant, clopin-clopant.
Son visage. Une femme, une enfant. De grands yeux noirs étonnés, ouverts sur toute réalité, grand ouverts toujours sur toute vérité, sur la nuit, sur le jour, songeurs pourtant de lointains émerveillés, rêveurs d’idéalités sublimes, rayonnantes. Un soleil au creux de ses yeux. Un éclat au clair de sa voix. Attiré irrésistiblement, j'allais vers elle, vers ses yeux, à vouloir entrer en eux, à regarder avec elle, avec son regard, avec ses yeux ébahis, la marche du jour et les stations de nuit. Je n'osais dire pourtant, entre les cris, le tumulte, le brouhaha, la parole qui réunit, celle qui relie deux âmes. Ames solitaires dans la foule. Foule bruyante des suivants derrière la carriole toujours devant.
Nous marchions l'un près de l'autre, îlot calme et silencieux dans le flot du vacarme, dans les vagues d'un tintamarre incessant, bouillonnant, effervescent, l'un près de l'autre. Un sourire sur les lèvres, elle, enfant si belle aux yeux amusés. Etonnés, amusés. Emerveillés, amusés. Eblouis. Ravis. Apeurés aussi.
Le jour reculait les horizons, creusait le ciel profond, et nous avancions, nous suivions dans le vent, dans les ornières, la charrette, le chariot, dans la poussière et le goudron, elle près de moi, moi près d'elle, aux environs du monde, dans un tourbillon de musiques en rondes, nos âmes à l'envers.
Sur des chemins avançant, entre les flocons de bleu et de mauves tourbillonnants, près d'elle, femme enfant, près des hommes vêtus de rubans aux couleurs des alluvions du temps, près des hommes aux bras levés vers le ciel à vouloir jongler avec les étoiles, une femme au visage pâle, très pâle, tout blanc, teint diaphane, presque transparent, légère dans le vent, femme comme un souffle, toute en voiles, onde vacillante, femme à la voix blanche de mélancolie, pâle comme ses mains, comme son visage, son teint, femme répétant :
- Où es-tu, mon esprit, mon amant ?
Une litanie dans le vent, dans le chaos assourdissant :
- Où es-tu, mon esprit, mon amant ?
Mes yeux irrités par une poussière de tristesse, je les frottais, je les frottais, quand un épouvantail géant, ventripotent, obèse, à quelques pas de hasard s'écria d'une voix tonitruante:
- Oh, allumeuse de fantômes, courtisane de fantaisies, amoureuse de lubies, cesse donc ta plainte. On ne gémit pas, on ne se lamente pas. On suit la carriole, on rigole, c'est la fête à la charrette. Ah, nous le trouverons, blanche vestale, nous le trouverons ton amant spectral !
Rires, éclats de voix, souffle du vent, et les poussières voltigeant, derrière, derrière, chariot devant, et l'arlequin criant « Il faut suivre, il faut suivre. Collez, collez devant », et le géant hilare « c'est la fête à la charrette... c'est un amant idéal, un amant spectral » et tous les jours sur les chemins, tous les matins, les soirs, en folle cavale accompagnés des bouffons rieurs, des histrions chanteurs, la femme enfant mit sa main dans la mienne, et mes songes dans ses rêves, et mes yeux dans les siens. Nous allions main dans la main. Nous allions dans un même frisson sur les chemins, à longueur d'horizons, deux mains unies, deux âmes nouées, une sensation, une union, un parcours d'émotions.
Nous allions sur des chemins pavés de coquillages, nous allions parmi la troupe folle, horde sauvage. Entre deux rideaux de pluie en chaque coté du chemin, d'un passage, pluie striée d'étincelles, pointillés incandescents, scintillants, courant dans les voiles, franges d'eau et de lumière, et dans l'âme, et dans la vie tout entière, des pointillés incandescents, nous allions derrière, carriole devant. Entre le bleu en cascade, des rivières de jaune ocre, les cataractes de fleurs aux chignons de nuit, les fleuves aux couleurs de lune et les océans de nacre, nous suivions, mains unies, le chariot, le chemin.
Nuit aux visages, aux yeux brillants, nuit des extravagants maquillages, des rouges saisissants autour des lèvres blanches, sous les flambeaux, sous les grandes torches aux mains des suivants, nous couchions sur la belle étoile, ou sur des bancs de hasard, à l'hôtel des vents, ou dans les campements de fortune, dans les caravanes qui ne passent plus. Main dans la main, nous traversions la nuit, les mains enlacées résistaient à l'obscurité, les mains enlacées, barrières à la nuit glacée.
Elle dit dans le matin blanc, elle dit son nom : « Francesca ». « Je suis Francesca ». Et puis elle demanda doucement, d'une voix portée par l'éclat de ses yeux brillants :
- Croyez-vous qu'il y ait des paradis partout en miettes minuscules, partout des jardins dispersés, éparpillés, des flocons d'éden, des fragments d'éternité, et puis qu'il y ait aussi les pointes de l'enfer partout plantées sur la terre ?
« Francesca. Francesca. » ai-je répété. Je ne croyais rien, je ne pensais rien. Je n'étais que trouble, point de convergence de ciel et de terre, mémoire de chemins et de poussières. Chantait en moi la belle sonorité douce de sa voix. Une miette de paradis. Une parcelle d'infini.
Toute la troupe s'ébrouait, on repartait derrière le chariot secoué de cahots, ma main dans la chaleur douce d'une autre main. Francesca.
Je marchais dans la résonance ondoyante des mots en échos : fragments de vies éparses, fugaces, miettes d'existences qui me constituent, et ne suis pas, et ne suis plus ; parcelles de vides parcourus, de ce rien qui s'enroule à l'aplomb d'un instant démesuré et se déroule en lambeaux déchirés.
Un clown blanc, visage blafard, proclamait d'une voix étrange : « Surtout, ne pas abolir le moment somptueux d'un regard ! » Ebouriffé, sourcils hérissés, un auguste clamait : « Tout scruter, tout explorer du fond des êtres jusqu'à la cime de la suprême réalité ». Arlequin s'égosillait : « Il faut trouver les jointures du monde. Nous ferons la suture des choses. Cherchons encore le fil. Le fil de l'aiguille universelle. Couture ! Texture ! On raccommodera l'étoffe des choses, leur velours et leur soie, plus de séparations, plus de trous, plus de déchirures. Plus de désunions. Tout coller, tout renouer, tout fusionner. Plus d'abandon. Trouvons les jointures du monde. » La foule vociférait, exultait, j'allais ébahi, main dans la main de Francesca, accolé à son insouciance, accouplé à son innocence, étourdi, emporté dans un vertige, dans une étrange griserie, enivré de bouffées d'amertumes anciennes, de liqueurs nouvelles, de nuances d'un monde illimité à perte de toute contenance. J'allais graduant chaque pas aux degrés d'une démence, d'une folie d'existence. Je surveillais l'aube dans ses yeux. J'avais son regard en permanence au fond de mes pensées. Nous allions entre les parenthèses des grands horizons. Nous suivions le chariot, la carriole qui caracole en tous lieux aux environs du monde, nous deux.
Cabrioles des baladins, voltiges des acrobates aux sillages de la charrette et l'inventaire des dieux psalmodié par un mage, fakir coiffé d'un grand turban de soie : Aelmanius, Phébus, Ammon... Francesca souriait... Eole, Inti, Cronos... Elle souriait quand cette femme, baladine surprenante en tenue de postière répétait chaque jour : « J'ai une lettre d'amour. Je sais à qui je dois la remettre. Le premier qui, un jour, me demandera son chemin ». Aphrodite, Osiris, Shiva... Francesca, ses yeux écarquillés, son visage rayonnant, son doux sourire...Hestia, Athéna... Francesca, son admiration devant le soleil levant, son perpétuel étonnement pour tout être existant...Vénus, Hélios...Toutes ces voix, et la poussière, le vent et ce surcroît d'existence, Francesca... Hermès, Dionysos... Un écho lancinant : « Où es-tu mon esprit, mon amant ? » Un extravagant bouffon proclamant : « Ouvrons les trappes de l'absurde sous nos pieds de raison »...Vishnu, Eros...Tant de raisons de tenir la main de Francesca, tant de déraisons... « Où es-tu mon esprit, mon amant ? », « trappes de l'absurde »... Kama, Quetzalcóatl... Cris d'Arlequin : « Souder les continents, lier les uns et les autres, et trouver la matière à fusion, et unir toutes les âmes à jamais. »... Héphaïstos... « Une lettre d'amour ». Mon esprit... fusion... Mon amant... absurde... Imhotep... Déméter... Oh, Francesca...
Si gaie, Francesca, tellement exubérante les jours de grand carnaval, quand les pierres des chemins se déguisaient en étoiles scintillantes, quand la terre s'habillait de nuages et se parait de ciel, quand la boue des sentes se travestissait en coulée d'azur ; si triste, Francesca, dans la traversée des paysages désolés, nus et vides, hérissés de grands panneaux où coulaient les rivières en images ; en images les arbres, les forêts et les cités, en images le monde représenté, la vie quand elle s'est éloignée.
Elle aimait les ponts par-dessus les vallées où s'écoulent les eaux tristes, elle aimait les passerelles par-dessus les mornes dépressions, par-dessus les eaux noires de sombres vallons. Elle accrochait du regard les nuages papillons aux ailes de vent. Elle fuyait les ombres et les explosions en gouttes de nuit des nappes nocturnes qui envahissent la vie, inondent l'âme démunie. Elle imaginait des sirènes qui voguent dans les moments amers, brisent les ondes cruelles pour flotter sereines dans les cours limpides, calmes et clairs. Elle dansait sur la roue du temps, sautillait sur les pierres des routes, souriait, suivait la vie par tous les chemins, carriole devant.
Parfois le soir, sur la planche de matière azur d'une balançoire, debout les mains serrées sur les cordes, filins de toiles filées, de lumières tressées, elle berçait les songes insensés, les rêves enluminés, d'arrière soleil couchant en avant soleil levant ; d'un horizon lointain rougi au versant or des mondes reculés enfouis dans le ciel infini ; de nuages aux bords inversés aux parages des vallées fleuries de giroflées pourpres, et jaune soleil. Elle oscillait du chariot sur le chemin à la Grande Ours céleste, le monde polaire aux multiples univers.
Elle respirait les chemins, elle inspirait le matin, elle expirait les précipices, les gouffres, les ravins. Je lui tenais la main.
Un jour, une nuit, un matin, un soir, elle resta assise au bord du chemin. Arlequin criait : « Il faut suivre. Ne pas se détacher. Pas de rupture. Il faut suivre ». Elle resta assise au bord du chemin. La troupe s'éloignait derrière la charrette. Je restais près d'elle. Non, pas de séparation. Une larme coulait de ses yeux vers son sourire. Francesca ! Debout près d'elle, je gardais ma main dans la sienne. Qu'arrivait-il ? Je ne comprenais pas, je tremblais. Une inquiétude. Un précipice s'ouvrait en moi. Francesca ne marchait plus, Francesca ne suivait plus le chariot, la carriole. Elle ne dansait plus, elle ne berçait plus ses rêves aux talons des chemins. Des nappes grises, toutes sombres, menaçantes ombraient la route entre les flaques de soleil. Un cortège d'ombres défilait. Francesca, sur quelle pointe infernale avais-tu trébuché ? Tu devenais si blanche, si pâle, diaphane, presque transparente. Francesca ne marchait plus. La carriole s'éloignait suivie de sa troupe frivole. Je restais près d'elle. Je voulais lui insuffler ma vie, lui donner mon sang. Francesca ne suivait plus le chariot qui s'en va au loin, à perte de vue. D'une voix blanche de mélancolie, pâle comme ses mains, comme son visage, son teint, elle me dit « Où es-tu ? Je ne te vois plus. Où es-tu ? ». Je suis là, près de toi. « Je ne te vois plus. Où es-tu ? » Elle ne peut pas s'éloigner, non. Non, elle ne peut pas s'éloigner. Elle ne peut pas descendre les marches d'ombre une à une vers la nuit infinie. Francesca, où irais-je sans toi ? Quel chemin suivrais-je sans toi ? Oh, Francesca, quel est le chemin parsemé de miettes d'éden, la route sans pointes noires, dis- moi ? D'un geste fragile, délicat, elle me tendit une lettre de sa main affaiblie. « Je l'ai écrite pour toi » me dit-elle. « Rejoins la troupe derrière la carriole, va, et tu liras ces mots pour toi ».
Francesca s'est étendue dans l'herbe humide, Francesca s'est étendue sous les étoiles. Francesca ne s'est plus relevée, et je suis resté longtemps debout près d'elle à contempler son visage enfant, ses yeux à vouloir entrer en eux pour regarder avec elle, avec son regard, la nuit noire, le long chemin infini constellé de paradis, de points incandescents à jamais brillants.
Francesca, mon nord, mon étoile !
J'ai rejoint la troupe. Arlequin, je cherche les jointures du monde, je cherche la matière à fusion pour tout unir, tout réunir, la colle universelle, pour tout lier, tout allier, la futée pour tout joindre, tout conjoindre.
Quand se noue, légère aux auréoles, la lumière, les arcs en cercles, en courbes où glissent les regards mouillés, en boucles, les arcs encerclent des yeux ouverts, et quand des taches de brume sur des lèvres closes s'élèvent jusqu'aux paupières, dans l'éclaircie d'un sourire, dans l'instant éphémère, il y a cette lueur dans un regard profondément clair, un éclat. Eclat de présences qui ne meurent pas.
La carriole, cahin-caha, sur les chemins tortueux, sur les sentiers boueux, s'en va, cahin-caha. Tangue, cahote, elle passe, elle va, bringuebalante, sautillante, bondissante. Elle va. Par les routes, les rues, les grandes avenues, chemine sur deux roues branlantes, charrette secouée par maints hoquets, ballottée. Un petit cheval, fluette haridelle, tire la charrette, inlassable, sans peine.
Il n'y a pas de cocher, et je suis la charrette surmontée d'une bâche couleurs bariolées, teintée bleu fluorescent, rouge sang.
Le chariot, et derrière toute une troupe tapageuse, bigarrée, sauvage. Pitres farceurs, à se maquiller de boue et de nuages, saltimbanques à courir, sauter, bondir, histrions bouffons, rieurs, joueurs, crieurs de bonnes nouvelles à braver le destin, bateleurs, gitanes rebelles, à danser, légères, aériennes : tous derrière, chariot devant, suiveurs, tous nomades, errants, tous dans le sillon du chariot, de la carriole qui s'en va.
La carriole va, cahin-caha. Toute une foule suivant, clopin-clopant.

Louis

Nombre de messages : 458
Age : 62
Date d'inscription : 28/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carriole

Message  Rebecca le Lun 21 Déc 2009 - 3:34

Quelle folie tout ce cirque ! Tout ce cirque sur le chemin de la vie !
Louis, maintenant, je reconnaitrai un de tes textes parmi cent.
Ce qui veut dire que tu as une identité forte, un style qui n'appartient qu'à toi.
Tu écris en volutes, en spirales, en déhanchés et en roulades, en torsion, en refrains, en ritournelles , en psalmodies, en arc en ciels et en mélancolie, en swing, en slows, en mélopées, en litanies, en cailloux qui roulent, en rivières qui serpentent, en ciels qui s'effilochent et en sursauts, en cahots, en battements.

Et au coeur de ce tourbillon , une flèche atteint sa cible, en même temps qu'elle cherche sa cible, car dans certains textes comme dans la vie, c'est le chemin qui compte, la recherche de la cible est la cible.

La cible, le chemin, un parcours cousu de fils et pas seulement blancs...tu écris: trouver la jointure du monde, la colle universelle...le projet d'une vie!
Pauvres humains fous que nous sommes et que tu décris ,toujours à vouloir recoudre ce qu'ils ont déchiré , ce que la vie déchirera? Ce que la vie réparera? Comme cette caravane soudée que je vois allant sur la planète pour refermer une fermeture éclair géante, mais il y a tant de béances à refermer, tant de souffrances à suturer, pauvre petite caravane de clowns célestes, d'arpenteurs du destin...entre "flocons d'eden et pointes de l'enfer"

De trés jolies broderies textuelles que je ne relèverai pas car sinon mon commentaire en alourdirait la poésie.

En critique: peut-être ce texte gagnerait à être un peu resserré. Quelques
passages un peu redondants. Le défaut de tes qualités.
avatar
Rebecca

Nombre de messages : 12288
Age : 58
Date d'inscription : 30/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carriole

Message  Invité le Lun 21 Déc 2009 - 10:40

Il faut lire jusqu'au bout, ça en vaut la peine. Et pourtant, je dois avouer avoir été tentée de ne pas suivre la carriole jusqu'au bout parce que les déviations et autres contours m'ont donné l'impression de noyer le noyau (!) du récit, qui est pourtant bien beau, avec cette troupe folle et séduisante.
En fait, j'ai constamment le sentiment, en te lisant, que tu te châties toi-même avec cette écriture expansive parce que le lecteur -paresseux, pressé, ingrat- n'en apprécie pas toutes les subtilités, n'évalue pas à sa juste mesure le travail que cela demande. Mais, finalement, n'est-ce pas le lot de tout auteur ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Carriole

Message  outretemps le Lun 21 Déc 2009 - 16:51

Je viens de découvrir ton texte. C'est lumineusement desespéré et me rappelle Bergman, le septième sceau!
Tu l'as mis en couleurs, une petite musique médiévale par dessus. C'est pétillant d'impuissances, de "boues et de nuages", de et "quoi qu'on fasse". Brillantissime. Seul reproche, mais peut-être indispensable: phrases un peu trop longues, mais je ne suis pas grand commentateur.
avatar
outretemps

Nombre de messages : 615
Age : 70
Date d'inscription : 19/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carriole

Message  CROISIC le Lun 21 Déc 2009 - 20:50

Mais que c'est bon de "grimper" dans cette carriole (quel mot délicieux). J'ai lu votre texte à haute voix, ce fut un plaisir profond, joyeux et coloré.
Merci. Vous venez d'enchanter ma soirée.
avatar
CROISIC

Nombre de messages : 2665
Age : 63
Localisation : COGNAC
Date d'inscription : 29/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://plumedapolline.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carriole

Message  Arielle le Mar 22 Déc 2009 - 10:23

Ce texte, lu à haute voix sur une scène, déploierait toute sa saveur, et son immense poésie.
Merci Louis pour ce voyage incompressible avec ses accélérations, ses langueurs, ses folies et ses drames. Toute une vie, toutes nos vies et chacun s'y reconnaîtra.

Arielle

Nombre de messages : 5605
Age : 71
Localisation : sous le soleil breton
Date d'inscription : 02/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/poesie.herbierdesmots/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carriole

Message  silene82 le Dim 27 Déc 2009 - 15:11

Une bien belle chose, un texte osi-onirique, un rêve éveillé peuplé de songes fugaces, d'ectoplasmes grimaçants pour certains. Quelle belle écriture, pleine d'images et de poésie, qui dit une histoire comme on évoque un mythe, avec des formules et des incantations. Et la qualité du discours rend vivantes ces figures, et l'on relève la tête pour contempler la foule bigarrée.
Un grand bravo!
Je suis nul pour entrer dans les résonances à plusieurs niveaux des textes, comme tu y excelles, aussi j'espère qu'un commentateur s'y emploiera, car il y a là matière.
avatar
silene82

Nombre de messages : 3553
Age : 60
Localisation : par là
Date d'inscription : 30/05/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carriole

Message  Ba le Lun 28 Déc 2009 - 9:40

Avec en arrière-plan, un texte de Paul Fort, très simple, petite planche à cette " carriole " magnifique.
avatar
Ba

Nombre de messages : 4522
Age : 64
Localisation : Promenade bleue, blanc, rouge
Date d'inscription : 08/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carriole

Message  Celeron02 le Lun 28 Déc 2009 - 22:40

Ouais très chouette ce texte ! Moi ça me fait penser au Petit Cheval de Brassens, "tous derrière, lui devant" ; et, surtout, à un tableau de James Ensor "L'entrée du Christ à Bruxelles", un vaste carnaval chamarré qui symbolise sans doute l'humanité dans sa diversité, sa richesse, ses contradictions, ses passions ! Toute une caravane qui continue sa sarabande perpétuelle !
avatar
Celeron02

Nombre de messages : 713
Age : 45
Localisation : St-Quentin
Date d'inscription : 19/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carriole

Message  Sahkti le Dim 20 Juin 2010 - 18:55

Enormément de poésie dans ce texte, une élégance dans la narration et le choix des mots, puis une manière de raconter les vies qui est forte et touchante à la fois. Il y a un mélange de distance et de proximité au sujet qui fait beaucoup et permet d'appréhender chaque passage avec aisance; on se laisse emporter sans s'en rendre compte et c'est bien agréable.
J'ai l'impression que les mots dansent, s'enchevêtrent pour donner naissance à des tournures autonomes qui participent à la construction du texte dans sa structure toute particulière. J'aime beaucoup cette balade au gré des mots, à gauche, à droite, en avant et en arrière, toujours sur la même route cependant, celle qui mène à l'issue du récit. Ce n'est pas linéaire mais ça suit un fil habile et indispensable.
Superbe texte, vraiment !
avatar
Sahkti

Nombre de messages : 31257
Age : 43
Localisation : Suisse et Belgique
Date d'inscription : 12/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carriole

Message  jfmoods le Mer 8 Nov 2017 - 7:27

L'univers est en mouvement dans cette aventure qu'est la vie, dans ce carnaval issu d'un rêve éveillé, d'une utopie en marche. Chaque auteur a ses petites marottes. Il arrive que les phrases débordent, comme soulevées par l'élan qui les entraîne. Le rythme ternaire est ici obsédant. Au fur et à mesure de la progression dans l'espace d'une troupe de plus en plus fournie, le grossissement de la perspective est à l'oeuvre avec des hyperboles, des gradations, une gradation hyperbolique. L'ensemble de l'évocation, avec le jeu sporadique des assonances et des allitérations, engendre un climat envoûtant. Et puis, il y a ce cycle qui se réenclenche, les phrases du début se répercutant à l'approche de la clôture du texte. Le rouge sang, comme un étendard, semble figurer la violence, la douleur de la séparation amoureuse. L'image de la femme aimée est si prégnante que l'on est tenté d'y associer un contexte autobiographique, mais ce n'est, sans doute, chez le lecteur, que l'effet d'une imagination trop vive. La thématique de la portance m'apparaît un élément essentiel de la narration. Pas seulement, je crois, parce que "Le roi des aulnes" de Michel Tournier me revient soudain en mémoire. Le lecteur à l'impression d'assister à un phénomène d'entraînement d'ordre magique : un cheval léger, a priori peu taillé pour cette épreuve longue et exigeante, une carriole qu'on imagine lourde.

Pourquoi cette chanson de Piaf, une de mes préférées ("La fête continue"), me trotte-t-elle dans la tête ?

-> https://www.youtube.com/watch?v=C66m1YOEH1s&list=RDC66m1YOEH1s&index=1

Merci pour ce partage !
avatar
jfmoods

Nombre de messages : 676
Age : 52
Localisation : jfmoods@yahoo.fr
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carriole

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum