Rencontre d'un autre type avec Laura

Aller en bas

Rencontre d'un autre type avec Laura

Message  lol47 le Lun 22 Sep 2008 - 20:02

En préambule, je dois dire que j'ai hésité un peu à le publier. Et que la censure, si elle passe, me coupe la tête.



I/

LONDRES, 2010, cabinet de toilettes de Sir John.

État incompréhensible : viens là près de moi pour oublier que la terre existe. Viens là sur mes genoux.
Les fleurs sont le cuir du langage.

Quant à la jeunesse, elle est si « émotive » qu’il lui faut inventer des loups bleus, d’un kif approximatif.
A bout de blogs !
Juifs, blancs et Russes, se mariant masculins en humeur féminine, lettres de Berlin d’une troïka anti -cléricale, les pleurs d’oignons réclament des soins palliatifs.

Mea culpa, erreurs du diable, sagas de la diarrhée, aux trois couchers du soleil il sera bien trop tard pour vous vous exaspérer de la fossilisation ! Les écailles s’engouffrent. Le charbon danse.

Chaque impair mérite le rêve du matelot. Les pâquerettes mortes gambadent sur les rêves de Tristan.

Jerez de la Frontera, moi, Lord John, je fais des anglaises aux espagnoles.

Adieu ! Adieu ! Les échos s’endorment. Je te disais qu’il faisait si froid sur Londres.
Et le gâteau de sable, un fauteuil victorien et les seins de la petite paysanne, l’enfant n’est pas rentrée, j’ai oublié ma canne.
Je ferme les yeux.
Je ferme ma porte et oublie tout.

La mort de l’empereur crie contre l’arbre.
Du long voyage qui me conduira bientôt en portrait d’artiste jusqu’à Quidam ou Lol Del Putas.
Frutas y calor, repaires de traces.

Les cathédrales se blessent en tombant.
Et à la question de mon plus grand fantasme, je réponds mon âge préféré. Le temps.

Il ne restera que quelques éléments. Des eaux de pluie engouffrées dans une Mercedes jaune. Un parapluie, des bottines, et le chauve-sourire de Lord John.

Et de ce triste moi, un monde d’écumes :
Un monde très-formidable.

L’eau de la rosée ne descend jamais dans le puits. Car le silence s’épuise.

La verdure est morne ce soir.

Les mêmes ingratitudes suivent les tumultes grossiers. Car le ciel ne repousse jamais au même endroit.
La révolution est le seul endroit du monde où la terre est ferme, où la chair est ferme.

Petite, il y a la grande mort. Elle se cache. Vent d’autan, comme le soleil qui brûle.

SCENE AVEC PALLADIUM.

Un baîllon en métal perfuse ses lèvres molles. Le goût de la cendre.
Ainsi DIEU !
Courir la nuit ne sert à rien car demain il fera JOUR..

Proxima Centauri .Des étoiles vont et viennent dans ses yeux.
L’escalier qui monte vers les étoiles sanglote à perdre la voix.
Il la regarde.
Son visage, l’entourloupe de ses seins.
Vieux chien, air autochtone.
Au fusain, elle nourrit l’angoisse avec sa chair plastique. Le chaos se nourrit de sa chair plastique.

Elle vient vitreuse-observée.
Il gifle ses joues.
Pas beaucoup de réponse.
Il se radoucit.
Elle a passé commande pour se déshabiller. C'est difficile.
Elle est moitié-pas. Pas encore allée.
Une triangulaire sauvage de sueur mouille son cou.
Elle vient mais jamais ne cherche un sourire.

Voulez-vous des espoirs ou des chaînes ?

A proxima. Le fumeur de souffrance.
Il serre. Il frotte. L'implacabilité du métal. Les petites douleurs s'accroissent.

Il la place de sorte qu'elle ne puisse pas tout à fait se tenir. Elle ne peut pas s'asseoir. Il n'y a aucun confort. Pas ici.

Il la roule dehors pour l'affichage. Laura Davies is a song.
Il l’appelle sa porcine. Caresse sa joue avec le pied.
Dans l’obscurité.
Croix de l’obscurité.


Quand elle vient, elle a des gémissements qui sont les mêmes gémissements que pour la douleur. Mais la machine ne s'inquiète pas. Le métal ne s'inquiète pas. Elle est nulle part maintenant. Elle a misé une étape trop loin - au-dessus du bord de la terre et près de tomber.
Elévation.
Enigma.
L’ombre terrible tourne la clef et fait de l’ombre entre ses cuisses.
Mordue, elle ne sait plus comment utiliser sa bouche.
Sa langue fait bouche trou.
Mouche maritime. Biseautante



Elle ressemble à l’abeille et se déhanche malencontreusement, attachée sur le banc, un Marshmallow jaune et noir.
Lord John, dans ses invitations au voyage, monde d’Oliver Cromwell, traduit l’amour des effroyables, ange-oiseau aux préférences nocturnes dans les traversées du miroir.

La jeune fille fume sur la table du vétérinaire. Elle fume des rêves aux teintes noires…

Chat-chuffit ! Chat-chuffit !

Le montreur d’abbesses, ah ! nom d’un petit foutre !

II/

JEREZ DE LA FRONTERA, 2011.

Elle m’a vu enfermé là, dans ma bulle, au milieu des tombeaux, là-
Une sonate hurlait au croissant de la lune.
Me rapprochant du point de fuite, en promenade sous les acacias.

– « les Mâtins de Naples combattaient les lions dans l’arène, le saviez-vous John ? »

Des règles très strictes l’ont empêché d’emmener le jeune monstre avec elle dans son voyage en Transylvanie. Quatre vingt cinq kilogrammes d’amour monstre, de puissance et de douceur. Elle me montre des photos. Affectueusement, elle l’a surnommé Doctor John, affirme t-elle espiègle.

Par téléphone, avant notre rencontre, je ne me souvenais pas que Laura Davies avait autant de tâches de rousseurs dans la voix.

« Je ne connais plus aucun personnage capable
de peupler un poème quel qu’il soit
je ne suis l’affinité que de mon œil »

– « C’est le dernier que j’ai écrit pour vous…dans les caves de Dracula ! »

Quel magnifique geste phallique !

Le savoir n’a pas été trahi.
Rêveuse de lampions dans l’exacte décimale, ma Laura.

Aux trois couchers du soleil qu’avale l’écaille des chardons, mon équilibre trébuche car Laura a grandi.
Elle me dit ne plus vouloir jouer de mon instrument. Elle hait les statisticiens de la musique. L’horloge payante de tous ces chiens de critiques l’a jetée bohémienne le long des routes de la vieille Europe de l’ouest.
Au croisement des routes dévisagées, elle a mûri sans doute. Gardant mes lettres sur son cœur, mes lèvres sur sa bouche. Elle sentait mon sexe s’enfoncer dans sa tête. Chaque jour, elle lisait les longues énumérations de Daniel Defoe, « Journal de l’année de la peste », l‘ « Ulysse » de Joyce, Swfit, Dickens…
Elle a beaucoup aimé la Roumanie, les yeux abattus des chevaux, les vieilles femmes lui ont parlé de religion, de stupeur, en avançant sur le Delta du Danube les oiseaux déshabillaient le soleil couchant.

– « Vous pleurez John ? »

– « Non, il faut que je m’habitue. Choisir les bons mots, savoir faire les bons geste. Comme Heminghway. Me taire, boire, écrire un peu. J’ai choisi mon Alcatraz. Sans regrets, alors… »

– « Avez-vous eu des nouvelles de Palladium ? J’ai respecté le contrat. Il y a trois mois, je me suis rendu à Amsterdam. Sa boîte de prod m’a refusé l’entrée et ils m’ont dit que si je publiais sa biographie, Palladium me mettrait des bâtons dans les roues, qu’il tuerait mon avenir. »

– « Je ne bande plus mais je possède encore tout l’argent nécessaire pour le faire plier. Il me reste encore quelques amis sur la côte Est qui se verraient ravis d’embrasser son cadavre. Sans te parler de l’administration américaine, et même si Obama vient à être élu, il se verra lui aussi enchanté d’avoir une si belle épine enlevée du pied. Je connais Palladium, nous irons lui rendre visite tous les deux. »

En référence à Artaud, quel tue-mouche celui-là…! un article sous la vidéo retranscrit le passage de Laura.

« En sainte de Palladium ou Le Théâtre de la cruauté »

« « Maybe sometimes he wonders why he likes to hurt them. The women. Why he likes to make them not quite human. With this one, he's decided he'll immobilize her mouth, thereby immobilizing her flesh. Because her flesh controls him, those breasts that he ties so tight they balloon. He beats them. Palladium, himself. Tweaks them. Foamy drool spills down her chin. She squirms. She screams. And then he plays with her clit and she begs for it. She moans. And when she comes, she screams again. It's not that different - the pain and the pleasure. And besides, maybe he likes the screams.

He screws her mouth to the floor. He whips her. He canes her. Harsh marks crisscross all over her body, spiking her into the never never land of love. Her pussy swells. She's lost all sense. She's hysterical. He spanks her ass till it's red like a baboon in heat. Pure animal. Pure flesh. Pure love.

The stocks are made of thick wood, heavy. They hold her wrists and neck. She's chained to a post. This is how people go mad. Because there's no relief. No end. Nothing but the unrelenting pain of being alive. He stuffs food into her mouth until she overflows. She tries her best. But it will never be enough. Not for her or for him. At some point he'll make it worse. It always gets worse. Because he's restless. So he wanders about, held in thrall, lost in her garden of misery. » »


John pleure en lisant. Est-ce Palladium qui l’a écrit ?



* Une suite est-elle à envisager ? Dévisageons-la de l’extérieur de LOL, alors…

***Obama réélu, eh oui, bien entendu, notez la chtite faute !
avatar
lol47

Nombre de messages : 1032
Age : 55
Localisation : si tu n'aimes pas ton prochain aime au moins le suivant
Date d'inscription : 07/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://demondelol.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre d'un autre type avec Laura

Message  Invité le Lun 22 Sep 2008 - 20:34

Je dois dire que je suis complètement hermétique à ce genre de délire, mais j'ai bien aimé la partie sadique en anglais.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre d'un autre type avec Laura

Message  Krystelle le Lun 22 Sep 2008 - 20:39

lol47 a écrit:En préambule, je dois dire que j'ai hésité un peu à le publier. Et que la censure, si elle passe, me coupe la tête.

On n'est pas là pour faire la police lol47. Tu sais qu'il y a des jeunes de 12 et 13 ans sur ce forum, tu es grand, tu es capable de faire la distinction entre ce que tu peux poster ou non, non ?

Krystelle

Nombre de messages : 7162
Age : 38
Date d'inscription : 12/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://fuitedanslesidees.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre d'un autre type avec Laura

Message  Invité le Mar 23 Sep 2008 - 7:36

Je suis devant ce truc comme devant certaines oeuvres modernes : ça m'intéresse, mais je ne sais pas par quel bout le prendre, j'essaie bêtement d'y trouver des ressemblances avec des choses que je connais, et forcément, j'en trouve : si on fait assez d'opérations, on finit toujours par trouver l'âge du capitaine...!
Mais je suis très largement larguée. Je ne déteste pas. Et cet intérêt reste flottant, je ne sais à quoi l'arrimer...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre d'un autre type avec Laura

Message  Lucy le Mar 23 Sep 2008 - 8:10

La partie anglophone étant la plus trash, espérons que les p'tits djeuns ne soient pas parfaitement bilingues !
Comme d'habitude, j'ai apprécié lire ce texte pour ce qu'il "m'impressionne" = entendre par là : pour ce qu'il me colle comme images dans le crâne, images pleines de matière.
Ton texte, comme la plupart de ceux que j'ai eu à lire, m'évoque une performance. Je me vois bien aller voir des toiles, des sculptures ou des photos en écoutant une voix dire ce texte. Une expo un peu provoc où seraient débités tes " poèmes " (?) Va savoir !
J'étais dans un train, un vieux bistrot enfumé, longeant des falaises, je me suis baladée, en somme. C'est ce que j'apprécie de tes textes, cette faculté de me laisser libre de laisser mon esprit vagabonder tout en continuant ma lecture et en étant, quand même, concentrée. J'ai un mal fou à fixer mon attention et, là, cet effort n'est pas même nécessaire. Je lis, tout en " faisant " autre chose et je relis à l'envie. Parce que c'est comme ça. Une performance d'écriture ? Peut-être...
avatar
Lucy

Nombre de messages : 3411
Age : 40
Date d'inscription : 31/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre d'un autre type avec Laura

Message  lol47 le Mar 23 Sep 2008 - 9:39

coline Dé a écrit:Je suis devant ce truc comme devant certaines oeuvres modernes : ça m'intéresse, mais je ne sais pas par quel bout le prendre, j'essaie bêtement d'y trouver des ressemblances avec des choses que je connais, et forcément, j'en trouve : si on fait assez d'opérations, on finit toujours par trouver l'âge du capitaine...!
Mais je suis très largement larguée. Je ne déteste pas. Et cet intérêt reste flottant, je ne sais à quoi l'arrimer...

Oh ! Tu sais, la querelle des modernes et des anciens.... tout ce que je retiens, c'est l'intérêt porté à mon texte.
avatar
lol47

Nombre de messages : 1032
Age : 55
Localisation : si tu n'aimes pas ton prochain aime au moins le suivant
Date d'inscription : 07/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://demondelol.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre d'un autre type avec Laura

Message  lol47 le Mar 23 Sep 2008 - 9:50

Lucy a écrit:La partie anglophone étant la plus trash, espérons que les p'tits djeuns ne soient pas parfaitement bilingues !
Comme d'habitude, j'ai apprécié lire ce texte pour ce qu'il "m'impressionne" = entendre par là : pour ce qu'il me colle comme images dans le crâne, images pleines de matière.
Ton texte, comme la plupart de ceux que j'ai eu à lire, m'évoque une performance. Je me vois bien aller voir des toiles, des sculptures ou des photos en écoutant une voix dire ce texte. Une expo un peu provoc où seraient débités tes " poèmes " (?) Va savoir !
J'étais dans un train, un vieux bistrot enfumé, longeant des falaises, je me suis baladée, en somme. C'est ce que j'apprécie de tes textes, cette faculté de me laisser libre de laisser mon esprit vagabonder tout en continuant ma lecture et en étant, quand même, concentrée. J'ai un mal fou à fixer mon attention et, là, cet effort n'est pas même nécessaire. Je lis, tout en " faisant " autre chose et je relis à l'envie. Parce que c'est comme ça. Une performance d'écriture ? Peut-être...

J'aurais presqu'envie de dire No Comment.
J'ai rarement reçu et pas qu'ici, un commentaire qui m'aura autant touché.
Oui, tu me couches en plein coeur.
Je suis un acteur. Me faire souffrir et souffrir.
Me faire plaisir et faire plaisir.

Sur ce, je vais lire et essayer de m'ancrer dans vos textes, passer un peu plus souvent. Mais j'ai l'esprit critique beaucoup moins développé que certains d'entre vous.

...
Un performer
avatar
lol47

Nombre de messages : 1032
Age : 55
Localisation : si tu n'aimes pas ton prochain aime au moins le suivant
Date d'inscription : 07/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://demondelol.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre d'un autre type avec Laura

Message  Kilis le Mar 23 Sep 2008 - 9:54

Pour ma part, je trouve ce texte assez cafouilleux.
avatar
Kilis

Nombre de messages : 6083
Age : 72
Date d'inscription : 12/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre d'un autre type avec Laura

Message  Invité le Mar 23 Sep 2008 - 13:45

Je lis Londres et je fonce, puis je ralentis et je prends des raccourcis jusqu'à la fin qui me fait perdre toute envie de m'investir davantage dans ce texte. Autant j'aime parfois tes textes Lol, autant celui-ci me laisse sur la touche, pas vraiment indifférente, non, juste... déçue.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre d'un autre type avec Laura

Message  Sahkti le Lun 6 Oct 2008 - 7:34

J'ai l'impression, fausse peut-être, que tu as voulu en glisser beaucoup trop dans cet ensemble. Je lis le commentaire de Lucy et m'y retrouve dans ce qu'elle dit. C'est comme si je m'étais baladée dans certaines expos d'art vidéo, avec des films d'auteurs qui paraissent ne rien vouloir dire à première vue pour certains et pourtant, quelle richesse ils contiennent. Simplement, quand il existe une tendance à vouloir mettre trop de petits films du genre dans une même salle vidéo, on ne sait plus où donner de la tête et on finit par créer un amalgame entre quelques oeuvres, ce qui n'est pas toujours la meilleure chose à faire.
Beaucoup de richsses donc, de sens à rechercher et d'éléments à apprivoiser, mais cet effet de trop en faire tempère pas mal mon enthousiasme.
avatar
Sahkti

Nombre de messages : 31287
Age : 44
Localisation : Suisse et Belgique
Date d'inscription : 12/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre d'un autre type avec Laura

Message  lol47 le Lun 19 Fév 2018 - 20:24

Un UP !
Bah, finalement j'écrivais pas si mal que ça à l'époque...je vais le retravailler, ça vaudrait finalement un recueil toutes mes conneries écrites...
avatar
lol47

Nombre de messages : 1032
Age : 55
Localisation : si tu n'aimes pas ton prochain aime au moins le suivant
Date d'inscription : 07/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://demondelol.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre d'un autre type avec Laura

Message  So-Back le Mar 20 Fév 2018 - 9:22

«« Peut-être qu'il se demande parfois pourquoi il aime les blesser. Les femmes. Pourquoi il aime les rendre pas tout à fait humains. Avec celui-ci, il a décidé qu'il allait immobiliser sa bouche, immobilisant ainsi sa chair. Parce que sa chair le contrôle, ces seins qu'il attache si serrés qu'ils ballonnent. Il les bat. Palladium, lui-même. Les tweaks. La bave mousseuse répand son menton. Elle se tortille. Elle crie. Et puis il joue avec son clitoris et elle le supplie. Elle gémit. Et quand elle vient, elle crie à nouveau. Ce n'est pas si différent - la douleur et le plaisir. Et d'ailleurs, peut-être qu'il aime les cris.

Il se bouche la bouche sur le sol. Il la fouette. Il la canne. Des marques rudes s'entrecroisent sur tout son corps, la plaçant dans la terre jamais amoureuse. Sa chatte gonfle. Elle a perdu tout son sens. Elle est hystérique. Il fesse son cul jusqu'à ce qu'il soit rouge comme un babouin en chaleur. Animal pur. Chair pure. Amour pur.

Les stocks sont faits de bois épais, lourd. Ils lui tiennent les poignets et le cou. Elle est enchaînée à un poste. C'est comme ça que les gens deviennent fous. Parce qu'il n'y a pas de soulagement. Interminable. Rien que la douleur implacable d'être vivant. Il fourre de la nourriture dans sa bouche jusqu'à ce qu'elle déborde. Elle fait de son mieux. Mais cela ne sera jamais suffisant. Pas pour elle ni pour lui. À un moment donné, il va faire pire. Cela devient toujours pire. Parce qu'il est agité. Alors il erre, retenu, perdu dans son jardin de misère. »»

Bah, finalement j'écrivais pas si mal que ça à l'époque, é vero


So-Back

Nombre de messages : 2693
Age : 95
Date d'inscription : 04/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre d'un autre type avec Laura

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum