Écrire

Aller en bas

Écrire

Message  soledad le Mar 6 Fév 2018 - 12:17

Insensés débris ivres  
à en  engourdir le verbe
à maculer les portées de la raison
Distiller l'illusion
du mot innocenté
par la plume impudique qui se déplie
et ondule  les sens nus

Te décrire

en syllabes apatrides
suspendues
au parfum des lauriers, timbre frais du réveil
qui ruisselle sur les tempes blanchies
à la cendre de la vie.

soledad

Nombre de messages : 31
Age : 56
Date d'inscription : 04/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Écrire

Message  lol47 le Mar 6 Fév 2018 - 19:59

Il faut écrire sans décrire. Balzac, Dickens l'ont fait cent fois, mille fois meilleur que nous. Et comme le malheur n'arrive jamais seul ( cent vingt journées...onze mille verges...etc..) nous n'avons plus d'excuse.

Le Dire ou le Faire...ou l'Ecrire.

Sainte-Marie mère de l'écriture, pitié pour nous pauvres écrits...vains, maintenant et à l'heure de notre mort.
Je suppose que tu as le temps. Il faut beaucoup ressasser, ingurgiter, penser, déféquer, oui vomir note après note comme un piano fou la litanie qu'un jour tu bafouilleras à la face du monde.

Ecrire. Courage.
avatar
lol47

Nombre de messages : 1022
Age : 55
Localisation : si tu n'aimes pas ton prochain aime au moins le suivant
Date d'inscription : 07/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://demondelol.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Merci

Message  soledad le Mer 7 Fév 2018 - 2:10

Non, vraiment, je n'ai pas beaucoup de temps pour agencer, j'aimerais en avoir plus, je l'utilise hélas essentiellement pour produire...

soledad

Nombre de messages : 31
Age : 56
Date d'inscription : 04/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Écrire

Message  Annie le Lun 19 Fév 2018 - 17:37

Le "mot innocenté" est une belle trouvaille
ainsi "donner un sens plus pur aux mots de la tribu".

Pour le reste, ce poème me semble manquer de simplicité
vouloir "faire beau" c'est risquer un manque de sincérité.

Annie

Nombre de messages : 1426
Age : 67
Date d'inscription : 07/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Écrire

Message  soledad le Mer 21 Fév 2018 - 2:49

Merci Annie,
La recherche du beau serait-il donc incompatible avec une forme de sincérité?  Je n'en sais rien, je ne m'étais jamais posé la question. De spontanéité sans doute, pour des esprits au talent littéraire limité comme c'est mon cas.
Les images qui accompagnent mes perceptions, je n'arrive que très maladroitement à les codifier, à les mettre dans une métrique, rien que de les organiser pour essayer de les rendre "lisibles" me demande un effort.
Par contre, dénicher le beau (sans avoir la prétention d'en détenir les critères universels) , quel que soit le domaine, est ma principale source de bonheur.

soledad

Nombre de messages : 31
Age : 56
Date d'inscription : 04/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Écrire

Message  Polixène le Sam 3 Mar 2018 - 19:10

Ce poème me parle, ses lourdeurs aussi (elles sont orales :"débrizivres"- ou grammaticales "par/qui/qui ") mais lui vont bien au teint.
J'ai tellement aimé et pratiqué l'infinitif en poésie que je me sentirais presque chez moi: d'où l'attendrissement sur les lourdeurs...)
avatar
Polixène

Nombre de messages : 3060
Age : 55
Localisation : Dans un pli du temps
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://polixenne.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Écrire

Message  Polixène le Sam 3 Mar 2018 - 19:26

Si j'étais moi, et si je recommençais à écrire, je prendrais le scalpel à la place de la plume (Annie peut nous en prêter), et je commettrais quelque chose de ce genre


Insensés débris                    
                             ivres  
à   engourdir le verbe

graphes   sombres
aux  portées de la raison        

Distiller l'illusion
          du mot innocenté
                  -  impudique plume dépliée , ondulant  les sens nus-

Te décrire

syllabes apatrides                
suspendues au parfum des lauriers

timbre frais du réveil
ruissellement                        tempes blanchies
avatar
Polixène

Nombre de messages : 3060
Age : 55
Localisation : Dans un pli du temps
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://polixenne.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Écrire

Message  Annie le Dim 4 Mar 2018 - 9:03

j'ajoute à mes remarques précédentes que
syllabes apatrides                
suspendues au parfum des lauriers
me semble encore une bien belle idée, encore que je m'interroge sur le parfum des lauriers, des lauriers-sauce ?

Annie

Nombre de messages : 1426
Age : 67
Date d'inscription : 07/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Écrire

Message  Pussicat le Dim 4 Mar 2018 - 19:49

soledad a écrit:Non, vraiment, je n'ai pas beaucoup de temps pour agencer, j'aimerais en avoir plus, je l'utilise hélas essentiellement pour produire...
Je ne comprends pas,
vous m'étonnez,
j'ai lu votre production,
mais je ne comprends toujours pas,
le sens de votre remarque,
sur... écrire, encore et toujours, écrire,
vraiment je n'accroche pas,
ni à la production,
ni à vos réflexions,
sur...
à bientôt de vous lire
avatar
Pussicat

Nombre de messages : 4768
Age : 51
Localisation : France
Date d'inscription : 17/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Écrire

Message  Pussicat le Dim 11 Mar 2018 - 9:28

soledad a écrit:Non, vraiment, je n'ai pas beaucoup de temps pour agencer, j'aimerais en avoir plus, je l'utilise hélas essentiellement pour produire...
Ce que jeux veux dire c'est que si vous manquez de temps pour écrire, pourquoi écrire ?
écrire c'est prendre le temps qu'on n'a pas,
les nuits, vous dormez ?
écrivez plutôt que passer votre temps à dormir.
l'écriture, c'est toujours prendre les mots qui ne vous appartiennent pas à les dresser à votre mètre, car c'est vous le maître, et pour ça il faut du temps, il faut reprendre ce que vous avez pris et le plier à votre volonté, les mots ne se donnent pas comme ça.
je ne crois pas au 1er jet accompli, ou les rares fois, si jamais si, cela fait si mal que c'est une souffrance qui vous arrache au monde.
à bientôt de vous lire,
avatar
Pussicat

Nombre de messages : 4768
Age : 51
Localisation : France
Date d'inscription : 17/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Écrire

Message  soledad le Lun 12 Mar 2018 - 15:06

Bonsoir,
Je ne crois pas à la création, même écrite. On ne créé rien, quelle prétention!
On agence avec ce que l'on a, ce que l'on est, pendant le temps que nous laisse l'obligation de produire pour faire tourner une machine lancée à toute allure.
Peut-être que ce que je suis est trop pauvre pour vos attentes, peut-être que mes agencements vous laissent indifférente. Mais est- ce vraiment de mon ressort? Qu'y puis-je?
Désolé, j'aurais aimé faire plus, mais je ne vois pas comment et surtout pourquoi.
Merci pour vos remarques, j'aurais tant aimé vous faire plaisir.
Je reprendrai sans doute le texte, réfléchirai sur "les lourdeurs", les infinitifs, sur l'intention aussi...L'intention est importante dans l'acte de dire, je vous l'accorde.

soledad

Nombre de messages : 31
Age : 56
Date d'inscription : 04/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Écrire

Message  soledad le Lun 12 Mar 2018 - 15:14

Annie a écrit:j'ajoute à mes remarques précédentes que
syllabes apatrides                
suspendues au parfum des lauriers
me semble encore une bien belle idée, encore que je m'interroge sur le parfum des lauriers, des lauriers-sauce ?

Les lauriers fleurs ont un parfum, du moins par chez nous. Enfant, on nous disait qu'il ne fallait pas y mettre le nez car les abeilles pouvaient nous piquer.

soledad

Nombre de messages : 31
Age : 56
Date d'inscription : 04/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Écrire

Message  seyne le Lun 12 Mar 2018 - 19:26

soledad a écrit:Bonsoir,
Je ne crois pas à la création, même écrite. On ne créé rien, quelle prétention!
On agence avec ce que l'on a, ce que l'on est, pendant le temps que nous laisse l'obligation de produire pour faire tourner une machine lancée à toute allure.
Peut-être que ce que je suis est trop pauvre pour vos attentes, peut-être que mes agencements vous laissent indifférente. Mais est- ce vraiment de mon ressort?  Qu'y puis-je?
Désolé, j'aurais aimé faire plus, mais je ne vois pas comment et surtout pourquoi.
Merci pour vos remarques, j'aurais tant aimé vous faire plaisir.
Je reprendrai sans doute le texte, réfléchirai sur "les lourdeurs", les infinitifs, sur l'intention aussi...L'intention est importante dans l'acte de dire, je vous l'accorde.



Snif...

(Un peu moins d’emphase, peut-être ?)
avatar
seyne

Nombre de messages : 863
Age : 65
Date d'inscription : 19/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.angle-vivant.net/claireceira/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Écrire

Message  Pussicat le Mar 13 Mar 2018 - 0:32

soledad a écrit:Bonsoir,
Je ne crois pas à la création, même écrite. On ne créé rien, quelle prétention!
Qui parle de "création" ici ? Moije ? Quand j'écris j'évoque travail,
soledad a écrit:Peut-être que ce que je suis est trop pauvre pour vos attentes, peut-être que mes agencements vous laissent indifférente. Mais est- ce vraiment de mon ressort?  Qu'y puis-je?
Je n'ai aucune attente vous concernant ; de quelle prétention je serai la fille ?
soledad a écrit:Merci pour vos remarques, j'aurais tant aimé vous faire plaisir.
moije n'écris pas pour faire plaisir, lisez "Les Météores", j'écris pour moi, et qu'un petit nombre de lecteurs et lectrices lisent ce que je poste est déjà trop, de quoi, je ne sais... mais c'est comme une bouteille jetée à la mer, je ne m'attends pas qu'elle dérive vers un destinataire; et si jamais si... je prends,,,
à bientôt de vous lire,,, (sur le fil commentaire peut-être...)
avatar
Pussicat

Nombre de messages : 4768
Age : 51
Localisation : France
Date d'inscription : 17/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Écrire

Message  soledad le Mar 13 Mar 2018 - 2:07

Bonjour,
Il est très différent de dire: "vous avez la prétention de créer" que de dire "penser créer est une prétention".
Le premiers mots ne sont pas de moi...
De la forme, merci au passage pour les commentaires sur le sujet, on en revient au fond.
Alors...
Je n'ai pas envie de souffrir pour écrire, ni de considérer cela comme un travail. Je considère le travail comme le temps de vie donné à une collectivité (en dehors de toute notion de plaisir) afin d'apporter une partie de ce dont elle a besoin. En échange la collectivité devrait nous proportionner le moyen de couvrir nos propres besoins.
Pour moi, l'écriture serait plutôt comme une forme de yoga, un moment de déconnexion avec l'illusion matérielle pour entrer dans le monde du mental, de l'inconscient, de la mémoire, des sens libérés. Les mots ne suffisent plus à exprimer ce que l'on ressent? Hop, une métaphore!
Tant pis pour le mot, la rime, le rythme tant que l'écriture réveille les sensations partagées par tous nos semblables! Si j'arrive à faire vibrer certains, tant mieux pour eux, tant mieux pour moi. Si j'échoue, tant mieux pour eux, tant mieux pour moi, on en tirera toujours quelque chose. La preuve...
Quant aux lectures recommandées, même en plusieurs vies, je n'aurais jamais le temps d'en lire les 1% de ce qui existe. Que faire?
Deleuze qui a été, pour l'autodidacte que je suis en philo, une révélation; parlait, à mon sens, très justement de l'acte d'écrire. Ce texte, qui visiblement interroge malgré son hermétisme et ses nombreuses maladresses, était juste une réflexion sur l'acte d'écrire tout au long de sa vie... c'est tout, rien de plus.
Pour qui écrit-on?.. Pour soi uniquement?
Qu'écrit-on? L'histoire de chacune de nos vies depuis l'enfance jusqu'à la veille du grand départ? Les mots ne seraient que des mots, "des bêtes noires" (Borges) qu'il faudrait apprivoiser, mater, soumettre?
Il est court, certes, pour un voyage qui peut sembler long à certains. Pourtant, ceux qui sont sur le quai disent tous: "comme le temps passe vite"
Je sais, je suis un peu perché, je me demande si c'est bien raisonnable de partager tout ça sur un blog comme celui-ci. C'est la première fois que "j'ose"...je m'interroge sur ma place...
Une belle journée à toutes et à tous.

soledad

Nombre de messages : 31
Age : 56
Date d'inscription : 04/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Écrire

Message  Pussicat le Dim 25 Mar 2018 - 11:56

Osez, osez ! vous êtes "perché" dites-vous ? Une perche raisonnée.
Belles références, je plussoie.

Pour le conseil lecture, je ne me permets pas, et me permettrais pas, un coup de cœur tout au plus à partager ; mon conseil est un texte que j'ai écrit et posté il y a quelques années dont le thème n'est pas sans rappeler ce que vous évoquez dans votre commentaire : "l'écriture" quel est ce mouvement, ce balancier, quelle est cette force, cette faiblesse, quelle est cette foi qui nous fait tendre toutes et tous vers l'impudeur : "Les Météores" de Pussicat 2014  : http://vosecrits.forumculture.net/t14697-les-meteores

belle journée,
avatar
Pussicat

Nombre de messages : 4768
Age : 51
Localisation : France
Date d'inscription : 17/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Désolé

Message  soledad le Sam 7 Avr 2018 - 4:42

Bonjour Poussicat,
Désolé de ne pas avoir répondu plus tôt à votre si gentil message; merci.
Ce n'est pas tant le temps en soi que les choix de l'utiliser qu'on en fait. Je suis un peu abeille,  friand de mille fleurs, j'ai beau essayer de me raisonner, derrière chaque colline il y en a  tant d'autres!
J'ai lu et relu votre poème "les météores". Dans un premier temps, je pensais que vous me parliez de Tournier, ce n'est qu'après avoir suivi votre lien que j'ai découvert le texte en question.
J'ai encore besoin de le relire à nouveau tant je le trouve dense.
Un texte, c'est un peu comme un bord de mer, on l'accueille différemment suivant la lumière et le moment.
Déjà, je le trouve fort. Il m'a ému, bouleversé, traîné dans de sensations diffuses, des ressentis confus, fait vibrer, attristé, consolé, fait grincer des dents en entendant à haute voix les métaphores écorcher mes sens. On m'a souvent dit que j'étais un peu éponge.
Hier soir un de mes jeunes amis me demandait ce qu'était pour moi "réussir sa vie" et je lui ai répondu: "Être prêt à ce qu'elle abandonne mon corps n'importe quand".
L'écriture entretient-elle une forme d'attachement à ce que nous avons été, à ce que nous pensons être? Sans doute, alors que la plupart des vies sont loin d'être des parties de plaisir.
Cependant, que retient-on de ce qui nous a fait de nous ce que nous sommes?
Et nos peurs, nos souffrances, nos pensées, nos paroles oubliées ne seraient-elles pas (je viens de réaliser qu'en Français tous ces mots sont féminins) le meilleur point d'appui, "un merveilleux présent" dans tous les sens du terme pour se dire avec satisfaction "Quel chemin parcouru!"? Je me demande...

soledad

Nombre de messages : 31
Age : 56
Date d'inscription : 04/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Écrire

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum