Ciné-club

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ciné-club

Message  lol47 le Mer 10 Jan 2018 - 20:12

Le Plaisir de Max Ophuls.


avatar
lol47

Nombre de messages : 989
Age : 54
Localisation : si tu n'aimes pas ton prochain aime au moins le suivant
Date d'inscription : 07/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://demondelol.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ciné-club

Message  lol47 le Jeu 11 Jan 2018 - 19:55

Autant celui d'hier je l'ai vu dix fois ( au moins...) et je n'en ferai pas la critique, d'autres l'ont fait certainement mieux que moi mais celui-ci:

Le tonnerre de dieu de Denys de La Pattelière est injustement méconnu.

Gabin, Michèle Mercier, Lili Palmer, Robert Hossein, dialogues sublimes de Pascal Jardin.
Un bijou.Une bouffée d'oxygène.
avatar
lol47

Nombre de messages : 989
Age : 54
Localisation : si tu n'aimes pas ton prochain aime au moins le suivant
Date d'inscription : 07/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://demondelol.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ciné-club

Message  lol47 le Ven 12 Jan 2018 - 20:04

Macadam Cowboy (Midnight Cowboy), 1969, de John Schlesinger.

Ce film m'aura marqué des années durant. Un rêve américain qui aurait mal tourné...? Jon Voight magnifique, un jour j'irai à New-York, un jour j'irai...ce genre de film qui peut te changer la vie.
avatar
lol47

Nombre de messages : 989
Age : 54
Localisation : si tu n'aimes pas ton prochain aime au moins le suivant
Date d'inscription : 07/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://demondelol.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ciné-club

Message  lol47 le Sam 13 Jan 2018 - 21:16

Mort à Venise, 1971, de Luchino Visconti.

Qu'est-ce que la morale face à un chef-d'oeuvre ?

La scène finale est l'un de mes plus beaux moments de cinéma.
Gainsbourg aimait beaucoup ce film. Moi aussi.
avatar
lol47

Nombre de messages : 989
Age : 54
Localisation : si tu n'aimes pas ton prochain aime au moins le suivant
Date d'inscription : 07/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://demondelol.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ciné-club

Message  Jand le Sam 13 Jan 2018 - 22:36

Le Samouraï, Melville, 25 octobre 1967 !
En prime, une fausse citation du bushido au début du film !

Jand

Nombre de messages : 56
Age : 21
Date d'inscription : 05/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ciné-club

Message  lol47 le Dim 14 Jan 2018 - 5:30

Jand a écrit:Le Samouraï, Melville, 25 octobre 1967 !
En prime, une fausse citation du bushido au début du film !

...transmission de pensée !!! Même si celui-ci est sublime, je lui préfère un autre Melville moins connu, Deux hommes dans Manhattan, 1959, magnifique hommage au film noir américain, la nuit, le jazz, une histoire d'homme ( et de femmes ), tout l'univers de Melville...

Rien à voir mais excellent quand même, Un condé, d'Yves Boisset, 1970, Henri Garcin étonnant en petite frappe, Françoise Fabian, belle mais pas seulement...et Michel Bouquet qui sait tout jouer.
avatar
lol47

Nombre de messages : 989
Age : 54
Localisation : si tu n'aimes pas ton prochain aime au moins le suivant
Date d'inscription : 07/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://demondelol.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ciné-club

Message  lol47 le Dim 14 Jan 2018 - 19:52

On appelle ça un film d'exploitation. Crime à froid -A cruel picture film suédois de 1973.
C'est extrêmement violent, parfois pornographique, le genre de film qu'on regarde dans une vieille salle pourrie, cinq spectateurs, ça sent l'urine, le moisi, la vomissure, les graffitis dans les chiottes...

A déconseiller aux âmes sensibles.
avatar
lol47

Nombre de messages : 989
Age : 54
Localisation : si tu n'aimes pas ton prochain aime au moins le suivant
Date d'inscription : 07/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://demondelol.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ciné-club

Message  Jand le Lun 15 Jan 2018 - 8:28

Of mice and men, Gary Sinice, 2 octobre 1992 : un très fort effet d'apprentissage tragique quand on a onze ou douze ans !

Jand

Nombre de messages : 56
Age : 21
Date d'inscription : 05/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ciné-club

Message  lol47 le Lun 15 Jan 2018 - 19:31

Jand a écrit:Of mice and men, Gary Sinice, 2 octobre 1992 : un très fort effet d'apprentissage tragique quand on a onze ou douze ans !

Je crains de n'avoir rien compris...

En attendant Miquette et sa mère, Clouzot qui nous met en scène un épisode boulevardier: Danièle Delorme en ingénue (perverse...!) Saturnin Fabre et Louis Jouvet qui cabotinent comme des malpropres...Louis Seignier, Maurice Schutz et Jeanne Fusier-gir, Pauline Carton...

Bon, à voir, à voir à voir, c'est à voir qu'il nous faut !
avatar
lol47

Nombre de messages : 989
Age : 54
Localisation : si tu n'aimes pas ton prochain aime au moins le suivant
Date d'inscription : 07/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://demondelol.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ciné-club

Message  So-Back le Mar 16 Jan 2018 - 12:19

L'Homme Irrationnel
Réalisé par Woody Allen (2015)
Durée 96 mn
Nationalité : américain
Avec Joaquin Phoenix (Abe) , Emma Stone (Jill) , Parker Posey (Rita) .

Le petit monde universitaire d'une ville du Rhode Island attend avec curiosité un nouveau venu, célèbre professeur de philosophie, Abe Lucas. Celui-ci s'installe dans une confortable villa, rongé par la dépression. Rita, une collègue scientifique, s'intéresse à lui, tout comme Jill, une brillante étudiante dont il a remarqué et loué un devoir sur table. Quoiqu'amoureuse de son petit ami Roy, Jill tombe sous le charme du bel intellectuel ténébreux. Alors qu'ils déjeunent ensemble, ils surprennent à la table voisine une conversation qui va redonner à Abe l'énergie de vivre en lui insufflant le désir de tuer, dont il prétend tirer une morale...

So-Back

Nombre de messages : 2376
Age : 94
Date d'inscription : 04/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ciné-club

Message  lol47 le Mar 16 Jan 2018 - 20:34

N'ayant pas posé en préambule que Ciné-Club se voulait en principe le lieu ou l'on évoquerait des films plutôt " anciens " ( antérieurs aux années 2000), je ne tiens pas rigueur de cette erreur.

La ligne de démarcation, 1966, de Claude Chabrol. Distribution éblouissante, avec en tête Maurice Ronet, Jean Seberg, Daniel Gélin, Stéphane Audran mais apparaissent des seconds rôles épatants, Noël Roquevert, Mario David, Jacques Perrin Jean Yanne etc...Un très grand film.
avatar
lol47

Nombre de messages : 989
Age : 54
Localisation : si tu n'aimes pas ton prochain aime au moins le suivant
Date d'inscription : 07/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://demondelol.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ciné-club

Message  So-Back Hier à 9:28

il passe en ciné club c'est pourquoi je me suis permis

So-Back

Nombre de messages : 2376
Age : 94
Date d'inscription : 04/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ciné-club

Message  lol47 Hier à 20:36

Avanti de Billy Wilder, 1972, avec Jack Lemmon et Juliet Mills. Oh, bien sur, ce n'est pas le meilleur film de cet immense réalisateur mais il communique une joie communicative. C'est drôle, tellement léger. La comédie d'un certain bonheur.
avatar
lol47

Nombre de messages : 989
Age : 54
Localisation : si tu n'aimes pas ton prochain aime au moins le suivant
Date d'inscription : 07/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://demondelol.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ciné-club

Message  Ba Aujourd'hui à 12:24

Bien sûr la mort à Venise sur Gustav Mahler
avatar
Ba

Nombre de messages : 4538
Age : 64
Localisation : Promenade bleue, blanc, rouge
Date d'inscription : 08/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ciné-club

Message  So-Back Aujourd'hui à 12:35

l'immense Fellini et huit et demi

Un cinéaste dépressif fuit le monde du cinéma et se réfugie dans un univers peuplé de souvenirs et de fantasmes. Surgissent des images de son passé, son enfance et l'école religieuse de sa jeunesse, la Saraghina qui dansait sur la plage pour les écoliers, ses rêves fous de « harem », ses parents décédés. Dans la station thermale où il s'est isolé, son épouse Luisa, sa maîtresse Carla, ses amis, ses acteurs, ses collaborateurs et son producteur viennent lui tourner autour, pour qu'enfin soit réalisé le film sur lequel il est censé travailler.


So-Back

Nombre de messages : 2376
Age : 94
Date d'inscription : 04/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ciné-club

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum