Mes peurs, o mes affreuses

Aller en bas

Mes peurs, o mes affreuses

Message  Pussicat le Sam 30 Déc 2017 - 16:02

j’ai mes doutes
et son cortège abrite mes peurs
les arbres
ô mes amis
les fleuves et fleurent les vents
l’absence reconnue belle angoisse
les yeux rougissent sous la flamme
l’hiver avance et sent l’an neuf
les tiges ploient sous l’eau gelée
la terre émue
sous la main brutale et rapide
bref aperçu
de mes peurs
avatar
Pussicat

Nombre de messages : 4769
Age : 51
Localisation : France
Date d'inscription : 17/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes peurs, o mes affreuses

Message  Annie le Mar 2 Jan 2018 - 9:35

Amitié fraternelle, Pussicat

Les peurs, les doutes,
et puis
les fleurs envoûtent.


Annie

Nombre de messages : 1435
Age : 68
Date d'inscription : 07/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes peurs, o mes affreuses

Message  So-Back le Mar 2 Jan 2018 - 10:09

j'ai rencontré le doute, on the road again


So-Back

Nombre de messages : 2665
Age : 95
Date d'inscription : 04/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes peurs, o mes affreuses

Message  jfmoods le Mer 17 Jan 2018 - 7:58

La présence des quatre éléments ("les fleuves", "l'eau", "les vents", "la flamme", "les arbres", "la terre") et la perspective d'un basculement temporel (personnification : "l’hiver avance et sent l’an neuf") esquissent le souhait d'un équilibre retrouvé.

Cependant, l'apostrophe ("o mes amis") et la personnification ("la terre émue") ouvrent la voie à une confidence douloureuse.

Trois métonymies ("les tiges ploient sous l’eau gelée", "les yeux rougissent sous la flamme", "la main brutale et rapide") mettent en exergue une violence subie.

La métaphore ("mes doutes / et son cortège"), l'antiphrase ("belle angoisse"), l'anaphore ("mes peurs") et l'adjectif substantivé du titre ("o mes affreuses") signalent la contamination de la pensée par un flot redoutablement délétère.

L'euphémisme ("bref aperçu") vise à circonscrire à l'essentiel ce paysage intime, à se mettre à distance de tout épanchement trop marqué.

L’œil du lecteur est alors insensiblement ramené au cœur du poème, au centre d'une toile métaphorique, à cette "absence" du vers 6, image d'un manque qui semble fixer l'enjeu profond du texte.

Merci pour ce partage !
avatar
jfmoods

Nombre de messages : 680
Age : 53
Localisation : jfmoods@yahoo.fr
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes peurs, o mes affreuses

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum