Autour de sa vie...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Autour de sa vie...

Message  Jean Marc le Sam 24 Déc 2016 - 12:16

Dans cette après-midi habituelle d'une banlieue connue de personne, il n'y a rien pour perturber l'ambiance pesante de ce bar miteux. Les mêmes clients noirs aux mêmes places et les mêmes destins tragiques de galère. Des hommes qui n'attendent rien, peut-être qu'on leur verse encore un verre et c'est déjà beaucoup... Il est assis déjà depuis un bon moment. La sueur lui coule à grosses gouttes le long de ses joues. Il passe son temps à boire seul dans un lieu rempli de solitude et d'angoisse.

Comme à son habitude, il se lève et va rejoindre son " appart " , à moins que ce ne soit son lieu de survie. Des pas hésitants, une allure bancale et c'est la découverte d'un douloureux soleil qui l'agresse. Un visage abîmé, des joues mal rasées et surtout l'envie de retrouver le noir au plus vite pour ne pas souffrir.

On entend un bruit indistinct qui se dégage de ce chaos infernal. Il se fait de plus en plus proche. Un immeuble apparaît sans couleur, sans lien avec un semblant de vie. Il rentre comme un automate. Cela sent la crasse, la passe et le renfermé malgré des portes qui ne ferment jamais. A l'intérieur, il monte un escalier saccagé par des passages irrespectueux d'hôtes sans scrupules. Même les marches pourries laissent indifférent devant la puanteur infâme qui dégage des odeurs de cuisine pas toujours fraîches. On entend de la musique, parfois jolie, parfois pas finie. Une cacophonie qui donne des couleurs à ce gris qui fait peur pour ceux qui ne connaissent pas une telle vie. Des piaules miteuses, de la solitude et du dégoût... Quelques moments passés à crier une envie de gueuler leur haine profonde. Mais ils n'arrivent malheureusement qu'à ne faire vibrer les portes d'un placard, les carreaux qu'on aperçoit pratiquement plus, les verres entassés depuis bien longtemps sur les tables .Des cadavres de whisky, de la bouffe qui trainent, des amas de fringues dans chaque pièce, des mégots un peu partout. Leur vie, c 'est aussi les ronflements répétés des voisins peu respectables. Et il continue à vivre... Un nuage épais de fumée s'est installé au fur et à mesure d'une journée bien trop ordinaire. Il reste sa musique, une reine qui ne possède pas de royaume, avec le sentiment de s'être trompé de décor. Derrière ses lunettes noires, se cache l'usure de l'alcool abusé, de la fumée suffocante et du désespoir ...

Il prend sa veste sur une chaise à moitié cassée, la seule qui lui reste d'ailleurs, saisit sa boite et se met à descendre péniblement l'escalier d'un pas fatigué. Il est au pied de son immeuble et il attend. De l'autre côté de la rue, un peu plus loin, il entend le bruit des chaussures d'une femme, certainement une pute qui prend l'air entre deux clients. Quelques minutes passent avant qu'une voiture se profile à l'horizon et s'arrête juste devant chez lui. Il y entre. La voiture s'éloigne. C'est la même promenade tous les soirs, avec les mêmes rues, les mêmes bruits, la même ambiance et peut-être les mêmes personnes. Un chien qui aboie, une ambulance qui passe et quelques voix qui sortent d'un univers qui n'appartient à personne, que personne ne souhaite découvrir. Il écoute un peu, pour oublier...

La voiture s'arrête devant le night-club. Il emprunte le sous-sol. Après avoir franchi le long couloir étroit, on le fait s'asseoir sur une chaise. Il retire sa veste et sort son saxophone. Un homme noir lui tape sur l'épaule pour annoncer sa venue : un bref sourire aux coins des lèvres en réponse à ce geste amical. Il attend.

Dans ses oreilles, du bruit se propage un peu comme une fourmilière qui se remplit. Il entend des verres qui s'entrechoquent, des rires qui fusent, des personnes qui parlent forts. Une voix s'adresse à lui en s'installant derrière le piano situé juste à coté de la chaise. La musique démarre. Il entre dans une extase rythmique qu'il est le seul à pouvoir comprendre, à savourer. Les gens applaudissent, ils sont heureux d'avoir ce qu'ils voulaient entendre. Il continue à jouer jusqu'à une fin trop rapide qu'il va l'entraîner à regagner ce qu'il vient de quitter : un semblant de rien. Le spectacle se termine dans une allégresse qui le laisse indifférent.. L'indifférence d'une survie, celle de recommencer ce qu'il a vécu et cela encore pour longtemps. A moins que cela ne soit à tout jamais...


Jean Marc

Nombre de messages : 10
Age : 53
Localisation : Loire Atlantique
Date d'inscription : 24/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://globox14.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autour de sa vie...

Message  So-Back le Dim 25 Déc 2016 - 11:27

journées ordinaires, mais bien ternes et pesantes, on sent l'ennui, on le respire

So-Back

Nombre de messages : 2331
Age : 94
Date d'inscription : 04/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum