Muscle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Muscle

Message  nigrumumbrella le Sam 19 Nov 2016 - 17:48

Muscle, je tourne mes yeux dans ma tête et je vois un muscle, je vois un cœur dedans le muscle, je vois une route familière et un animal autre que moi, je vois ce qui couche en moi. Muscle, je tourne une idée dans ma tête et je vois des veines grise dans le sous-bois, assises, bavardes et qui attendaient l’intraveineuse, muscle, mon muscle, les nerfs, l’origine de la peste, l’origine d’un sentiment drôle, l’origine de la répétition, muscle, je tourne mes yeux dans ma tête, je trouve des vêtements et, dedans, je vois la lumière qui entre dans le mur de la cuisine. Muscle, mon muscle, les nerfs, muscle, il me parle, il me chuchote à l’oreille, il me fait la musique à l’oreille, il plante une graine dans mon oreille, muscle, je tourne mes yeux dans ma tête, ce n’est pas du néant et ce n’est pas non plus le silence, c’est de la trompette, muscle, ma langue est lourde, les nerfs, la trompette, l’origine de la peste, l’origine de la sécheresse, l’origine de ma première prononciation du mot « muscle », ma langue est lourde, je vois mes jambes, je sens la poussière et les nuages dans ma gorge, je sens la boue et les plumes d’oiseau dans ma gorge, je sens ma violence et les branches sèches dans ma gorge, je sens ces phrases, ses phrases dans ma gorge, muscle, je sens chaque criminel de moi, chaque battement de mon cœur quand le mot « muscle » sort de ma bouche. Muscle, je ne vois pas avec mes yeux, ils me font mal, mes yeux tournent dans ma tête, la méduse m’incite à tourner à gauche à l’entrée d’un cerveau blanc, tremblant, pour voir une colline qui s’élève à environ quelques mètres au-dessous d’une pensée disloquée … Muscle, je vois ce qui couche en moi, il se coupe, il se couche, il touche la graine au milieu du cerveau blanc, mes yeux tournent dans ma tête et je vois ce qui se forme, une queue, des ailes, des muscles, des os, dragon, je suis un dragon, muscle, je tourne mes yeux dans ma tête, nu, le visage qui mue, muscle, je porte le muscle, je porte le dragon dans mon ventre, ma tête ressemble à un dragon, dans le miroir je vois un dragon, muscle du dragon, muscle, le dragon, je le vois prendre ma main pour écrire, je ne vois pas avec mes yeux, ce ne sont pas mes battements, je ne sens plus mes jambes mais je les vois, je vois ce qui couche en moi, il a une belle voix si proche à mon ouïe, il a une belle voix, je ne sens presque plus ma gorge, c’est la gorge du dragon, mes poumons me font mal, mes poumons reçoivent l’air du dragon, muscle, je tourne mes yeux dans ma tête, le regard du dragon trouve dans mon corps un refuge, grand dragon qui porte mon simple muscle, l’origine du cœur, l’origine de la peste, l’origine de l’oxygène, je vois un muscle, je vois un cœur dedans le muscle, je vois une route familière, je vois ce qui couche en moi, dragon, dragon, muscle, le dragon couche en moi, me chuchote à l’oreille, muscle, dragon me chante à l’oreille …
''Balada triste de trompeta

por un pasado que murio

y que llora

y que gime''

-Raphael


M U S C L E D U D R A G O N

Khalid EL Morabethi
http://lamuseduciel.blogspot.com
avatar
nigrumumbrella

Nombre de messages : 12
Age : 23
Localisation : Plante Namek
Date d'inscription : 27/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Muscle

Message  Marine le Sam 19 Nov 2016 - 18:26

Ah oui, ça me plaît. Je l'ai relu sur votre blog avec la musique, j'ai préféré ; c'est une poétique que j'affectionne moi-même à l'occasion : elle suppose d'entendre une voix derrière le bloc monolithique des mots (comme le dirait notre chère Pussicat sur ce forum, lui dirais-je dans un clin d'œil !) et de se détacher d'une volonté de tout saisir pour recomposer un poème à partir d'un rythme et du dévidage d'un fil, ce "muscle", que l'on suit : suivre, comme dans un accouchement, les "contractions" de la prose - "systole et diastole", dirait l'autre, sauf qu'elles peuvent ici se placer à n'importe quel moment : texte qui prévoit en cela son propre investissement par notre propre rythme cardiaque, au-delà du vôtre et de celui, inconnu, qui avait guidé votre écriture.
Ravi de découvrir votre prose.
(Comme vous le rendez disponible, je me permets de vous ajouter sur Facebook : je sens un possible rapprochement de pratique et de conception de la littérature derrière cette courte découverte).
avatar
Marine

Nombre de messages : 1022
Age : 22
Date d'inscription : 30/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/#!/groups/137962346214700/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Muscle

Message  Marine le Sam 19 Nov 2016 - 18:33

Une précision - si je peux me permettre un reproche, ce type de texte engage forcément également une notion de "tri à faire" ; l'excellent se perd dans la masse et dans la densité - mais c'est inévitable, alors...
Mais : "je vois des veines grise dans le sous-bois"
malgré la faute, c'est pour moi la meilleure image ; le problème c'est que cette impression de forêt est tout de suite détruire ensuite par l'impression de la "cuisine" ; votre pensée, dans cette écriture semie-automatique, va trop vite ; moi j'aime ça, encore une fois ; mais vous en dégoûterez d'autres, à perdre la cohérence des métaphores (et plus généralement des images et des références) ; chaque phrase fait entrer autre chose : forêt, cuisine, oiseau, branchages, la boue, la trompette, la graine, le criminel, la méduse, avant d'arriver au dragon
Je ne peux qu'aimer la "puissance" orale ; mais comme je me le dis (trop) souvent à moi-même, ce type de prose peut aussi être lue comme une imposture
avatar
Marine

Nombre de messages : 1022
Age : 22
Date d'inscription : 30/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/#!/groups/137962346214700/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Muscle

Message  Sahkti le Mer 30 Nov 2016 - 9:02

J'aime les phrases sans fin, l'écriture quasi frénétique qui raconte quelque chose sans reprendre son souffle et l'exercice est relativement bien mené ici. J'aurais toutefois un bémol sur la répétition de certaines tonalités (je pense au mot muscle) qui prennent de ci de là trop de place à l'oreille, au détriment du propos, mais cela enlève peu à la qualité du texte.
avatar
Sahkti

Nombre de messages : 31257
Age : 43
Localisation : Suisse et Belgique
Date d'inscription : 12/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Muscle

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum