Les sourires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les sourires

Message  Jand le Mar 5 Avr 2016 - 10:29

S’il faut produire le cauchemar d’une nuit, on lui donne un souffle d’inconnu, la peur chasse au coin des orages que l’on entend mais que l’on ne voit pas. Moi j’imaginais beaucoup d’eau comme au creux des océans souverains, où des violonistes rongeant leur chevalet laissaient échapper un silence luxueux. A chaque fois il y avait un moment critique, il emportait des craintes naturelles qui s’épuisent par un réveil boiteux, sinon des rêveries plates, dégommées par une journée blanche. Dans le silence qui passe le fil du destin et soulève les reliefs de la nuit, vous trouverez volontiers votre frère, votre mère, votre fève, votre sève.
Ça y est, ne mens pas.
Nous les voyons de temps en temps, ce sont des visages de matins perdus qui sentaient le café et les soucis souriants. Ils coupaient le pain et les fruits, ils les mangeaient rapidement engouffrant tout sans soupir, puis couraient. Ils vivaient comme ils mâchaient la bouffe. Les fruits, ça n’était pas encore devenu une promesse coupable de changer pour autre chose.
C’est vrai quoi, ça chantait, ça courait, ça mordait sous les jupes des mères.
Faut avoir une idée personnelle du bonheur pour pas comprendre que la vieillesse, c’est un naufrage merde. Et puis t’façon, y avait bien un moment où ça s’arrête, ces petits cons faut qu’ça dorme. Et puis crois moi, qu’ça s’inquiète pas, tout finit par clamser. M’en tape des cauchemars qui font mes nuits, moi ma nuit elle vient vite cette connasse. Jm’endors facilement, ça fait des années, te clope pas pour ça va, tout finit par crever, à la fin c’est pas dans ta boîte qu’tu vas faire de grands putains de sourires.
J’suis pas coupable si j’suis victime.
Avec leurs bras comme des hélices, leurs dents qui tombent tellement sont mal faits. Evidemment, ça m’faisait marrer de les voir galérer, ça change de quand ils font tout pour que j’me rappelle qu’on a soixante ans d’écart, sales mômes. Vos parents qu’sont devenus trop pétés pour pas voir qu’vous êtes mal grandis, y a de la bonne torgnole que j’vous mettrais bien.
La prochaine fois faudra vivre avec son temps.
A votre âge qu’jpeux vous dire que je comprenais bien comment qu’le vent il tournait, pas bien dans le sens de vos putains de sourires.
Mais t’en fais pas va, j’sais bien qu’ils te rendent dingues aussi. Y a le bon dieu qui comprendra va, t’en fais pas. Je vais aller le rencontrer celui-là qui ne me parle jamais, on va avoir une discussion, une vraie.
Et puis ceux-là, je les emporte avec moi pour qu’on cause, le bon dieu, il comprendra va, je m’en fais pas.

Jand

Nombre de messages : 47
Age : 20
Date d'inscription : 05/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les sourires

Message  David le Mer 13 Avr 2016 - 19:45

Salut Jand,

Le changement de registre entraine la lecture, c'est un thème existentiel il m'a semblé, donc un peu éthéré forcement. ça louche vers la poésie plutôt que vers le récit, mais un tout petit peu seulement avec cette langue à apostrophe dans un monologue intérieur. C'est pas vraiment une littérature d'évasion, ce n'est pas trop morbide non plus. ça pourrait forger un personnage d'un récit plus long peut-être.

avatar
David

Nombre de messages : 385
Age : 46
Date d'inscription : 19/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://ahlalalan.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les sourires

Message  So-Back le Jeu 14 Avr 2016 - 10:13

les sourires cachent des pièges, a nous d'être vigilant

So-Back

Nombre de messages : 2331
Age : 94
Date d'inscription : 04/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les sourires

Message  Polixène le Mer 20 Avr 2016 - 20:10

Ce qui me plaît dans ce texte, c'est justement ce que l'on devrait lui reprocher: ce côté sournois qui prend le lecteur par la main, endort sa confiance, l'emmène dans un lieu sans repère, sans foi ni loi et le largue!!! (perso j'aime pas les voyages organisés)
et ce tour de p... va bien avec le propos, justement.
Cependant à mon sens il est trop court ou trop long. Trop court , bien sûr puisqu'on voudrait en lire plus, comme le suggère David avec sa pertinence coutumière, trop long parcequ'en le concentrant un peu plus on aurait un bel objet bien tranchant qui, alors, se suffirait à lui-même.
Désolée pour ce commentaire basique et assez peu littéraire, j'espère que ça pourrait quand même te donner des pistes.
C'est vrai que le forum est en hibernation
avatar
Polixène

Nombre de messages : 3054
Age : 55
Localisation : Dans un pli du temps
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://polixenne.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les sourires

Message  Polixène le Lun 16 Mai 2016 - 22:13

Qu'en pensent les autres lecteurs?
avatar
Polixène

Nombre de messages : 3054
Age : 55
Localisation : Dans un pli du temps
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://polixenne.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les sourires

Message  Polixène le Sam 25 Juin 2016 - 22:28

et donc?
avatar
Polixène

Nombre de messages : 3054
Age : 55
Localisation : Dans un pli du temps
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://polixenne.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les sourires

Message  seyne le Lun 27 Juin 2016 - 9:58

J'aime beaucoup. Mais pour moi c'est de la prose poétique, trop déjanté pour être simplement de la prose.
avatar
seyne

Nombre de messages : 840
Age : 97
Date d'inscription : 19/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.angle-vivant.net/claireceira/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les sourires

Message  Jand le Sam 6 Aoû 2016 - 1:34

Je suis très touché par vos messages, et navré de revenir vers vous aussi tard.

Je suis à la fois surpris et rassuré par la substance. Je ne ferai pas ici l’exégèse de mon propre texte, je pense qu'il ne le mérite pas. En revanche je souhaitais en effet emmener le lecteur pour un voyage désorganisé (j'ai trouvé la remarque juste). J'ai souhaité avec beaucoup d'ambition mais pas assez de talent, faire vivre un style qui emprunte à René Char, sous le couvert d'une prose que je voulais déroutante. C'est à dire qu'il a fallu d'abord tromper au début du texte sur le style qui opérait pour le reste, et entraîner avec brutalité ce dernier dans une descente vers mon personnage, ou davantage sur sa fin.

La fin n'a pas été interrogée comme un élément singulier, je veux dire, qu'elle est égale au reste du texte, elle n'est pas un relief. Je pense avoir raté sur cela. Pour moi la fin est un aveu, la préparation du crime, le retour vers une nature de bête, et beaucoup d'incompréhension, de questions. Peut être que ce sera une voie qui motivera une seconde relecture, en tout cas merci à vous.

Autour de ce petit texte et pour pardonner mon retard, je vous livre ici ce qui a travaillé ma soirée,

J’échoue au rivage emprunté,
Des plus belles saveurs et des plus grands risques,
Par les poètes affinés.

J’échoue à dessiner les paupières,
Que le marâtre destin enrobe,
D’un chagrin docile.

Le bonheur cesse de rire au coin,
D’un nimbus enflammé,
Et séché par la pluie.

Mon pote, y a des années que la vie déroge,
Aux coutumes des vieux temps,
Là où la chope partage,
L’insolence et le sang.

La vieille vie nous aurait,
Après tout caressé,
Par la flamme de l’amour,
Et l’écharde du promeneur,

La vieille vie nous aura,
Je pense,
Donné le temps de mourir.

Jand

Nombre de messages : 47
Age : 20
Date d'inscription : 05/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les sourires

Message  Polixène le Mar 9 Aoû 2016 - 18:20

Mais oui, on a toute la vie pour s'appliquer à mourir, et s'amuser à le distiller en littérature (ou autre)
Ceci étant, n'échoue que celui qui reste sur place, tous les essais ont leur rôle à jouer.
avatar
Polixène

Nombre de messages : 3054
Age : 55
Localisation : Dans un pli du temps
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://polixenne.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les sourires

Message  Pussicat le Sam 13 Aoû 2016 - 23:30

moije, je l'apprécie votre prose...
La première partie m'a emballée direct... vous faites référence à l'un de mes auteurs de chevet sans en comprendre vraiment le sens, mais pas grave, je prends le tout de même...

Ce qui me pose problème c'est le changement de temps dans ce passage... mais c'est perso :
Jand a écrit:Nous les voyons de temps en temps, ce sont des visages de matins perdus qui sentaient le café et les soucis souriants. Ils coupaient le pain et les fruits, ils les mangeaient rapidement engouffrant tout sans soupir, puis couraient. Ils vivaient comme ils mâchaient la bouffe. Les fruits, ça n’était pas encore devenu une promesse coupable de changer pour autre chose.
Vous le commencez au présent : Nous les voyons de temps en temps puis vous changez pour l'imparfait.
Perso, j'aurais tout écrit au présent :

Nous les voyons de temps en temps, ce sont des visages de matins perdus qui sentent le café et les soucis souriants. Ils coupent le pain et les fruits, ils les mangent rapidement engouffrant tout sans soupir, puis courent. Ils vivent comme ils mâchent la bouffe. Les fruits, ça n’est pas encore devenu une promesse coupable de changer pour autre chose

Et là j'empruntais l'imparfait comme vous le faites :

"C’est vrai quoi, ça chantait, ça courait, ça mordait sous les jupes des mères."

Je l'aurais prise alors comme monologue intérieur pour signifier la différence de génération...
enfin, c'est une lecture perso.

Ce que j'ai compris, mais peut-être me trompé-je, c'est que vous en faites le pont qui propose au lecteur le passage au "JE" du personnage...

Ah oui, un p'tit truc sans importance : contente pour votre personnage qui balance : M'en tape des cauchemars qui font mes nuits, moi ma nuit elle vient vite cette connasse. Jm’endors facilement,...

insomniaque chronique, mes nuits sont mes cauchemars.. ah, ah !

Les ellipses c'est sympatoches, mais parfois faut s'accrocher pour ne pas décoller :
A votre âge qu’jpeux vous dire que je comprenais bien comment qu’le vent il tournait, pas bien dans le sens de vos putains de sourires.

Je retiens :
Avec leurs bras comme des hélices, leurs dents qui tombent tellement sont mal faits
parce que, chais pas trop, elle me parle cette phrase.

Une première lecture agréable dans l'ensemble... je ne me lance dans le dilemme "trop court, trop long"...

j'aime !
à bientôt de vous lire
avatar
Pussicat

Nombre de messages : 4725
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 17/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les sourires

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum