Une fable très naïve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une fable très naïve

Message  Art. Ri le Lun 28 Mar 2016 - 10:44

un garcon, qui sentait enfin le moment venu, présente un poème écrit de sa main à une amie dont il estime la sensibilité. celle-ci l'accueille et le lit, et brutalement devient muette.

coi, et relisant ce poème d'une curieuse mélancolie, qui mêlait tendresse et désespérance, caresse et poignard, elle ne reconnaît pas cet ami allègre, enfantin, raisonnable, taquin, rieur.

ce qu'elle vient de lire et qu'elle relit au moment où cette gêne l'effleure est très beau, mais ce sont là les mots d'un étranger.

"étranger"

elle prononce en elle ce vocable, il murit, sonore, prend une ampleur qu'il n'avait pas, s'effeuille, s'émiette, elle le répète, le répète plusieurs fois, prise d'une blanche fascination. et plus le feu descend en elle, plus cet ami qu'elle connaît, qu'elle croyait connaître, prend à ses yeux une épaisseur lointaine, une opacité d'énigme. son identité achève de se flouer, pulvérisée en fragments déliés, sans histoire.

elle, si fine observatrice des choses humaines, si prompte à "détecter l'anguille sous roche", à intercepter la rumeur à sa source ; elle

l'amie d'enfance, elle la protectrice, la grande soeur qui prenait tant à coeur son rôle de confidente, qui s'enorgueillissait toujours qu'on lui promette chaque fois le fin mot de l'affaire ;

elle, l'Amie, avec toute la gloire d'empathie que ce joli mot connote, s'aperçoit dans une espèce d'angoisse sourde, être passée à côté d'à peu près tout ce qu'il y avait à connaître d'essentiel ;

alors la bouche s'ouvre à peine. l'air gonfle difficilement le buste mais l'instant passe et rien ne sort : pas même un balbutiement. la bouche se referme. si l'ouïe avait été redoutable, peut-être eût-elle entendu quand même ce bruit noué dans la gorge, cette déglutition gênée. mais rien. rien que du silence.

au mutisme de ladite, le garçon comprend.

cette profonde distance d'avec ses proches, qu'il avait jusque lors à peine soupçonné, lui revient dans son effarante vérité en boomerang : entre l'image dont il s'affublait intimement et qu'il prenait lui-même pour réelle, et son intériorité sensible et efflorescente, de laquelle cette image trompeusement émane, il se rend compte qu'il y a un abîme, sorte de vide définitif, qui ne laisse guère place à la communion. il sent avec une prescience douloureuse que toute vie germe de ce mirage.

au mutisme de ladite, le garçon se sait séparé de tout être, et d'abord de lui-même.

surface et profondeur, ces deux côtés de la médaille humaine communiquent à peine, et à vrai dire communiquent si peu que lorsqu'on commence à y hasarder des mots, à tenter de surmonter cette barrière : l'interdit est franchi, le sol est rompu, le gouffre s'ouvre

tout ce qu'on croyait solide, comme l'entente mutuelle, la pérennité des sentiments, la possibilité de communier sans équivoque, sans malentendu, de façon transparente, s'effondre, devient horizon mythique, rêve ou désespoir. chaque son émis exhalant le cadavre du sens, la moindre parole demeure à elle-même son écho - insupportable et entêtant.

ce genre d'idées firent plus d'un mort. mais le garçon se dit avec une innocence généreuse "il faut continuer de vivre" et peut-être continue-t-il malgré tout de vivre innocemment, écrivant avec soin et application, entretenant vives accolades avec les camarades, cruelles tendresses avec les amantes. peut-être. gageons pour cela qu'il ait génie de s'oublier.
avatar
Art. Ri

Nombre de messages : 314
Age : 19
Date d'inscription : 28/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une fable très naïve

Message  Polixène le Sam 2 Avr 2016 - 19:49

Comment commenter?

J'ose espérer que l'apparence auto-biographique est un subterfuge littéraire... mais ... ça ne communique pas avec le lecteur, ça s'onanise quelque peu, c'est posé là sur le chemin comme une fleur arrachée d'on ne sait quel jardin. De nombreux détails qui me font douter. Liste sur demande!
(L'amie en question n'était donc pas si fine observatrice que ça, tout compte fait, elle qui n'a pas su apercevoir -ni même soupçonner- un être torturé sous le masque lisse...)
Dernier grief: le titre.

Le personnage a fait l'expérience de l'irrémédiable solitude humaine, ça , c'est fait.

Point positifs
Ta prose souple, ton sens du rythme dans le texte. (tu manies avec justesse la longueur des phrases par exemple).

Ce serait intéressant d'avoir le texte symétrique du point de vue de l'autre personnage, voire même, dans un projet littérairement plus abouti, un mix des deux, un aller-retour, un procédé de miroir quelconque.

avatar
Polixène

Nombre de messages : 3054
Age : 55
Localisation : Dans un pli du temps
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://polixenne.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une fable très naïve

Message  Polixène le Sam 2 Avr 2016 - 19:56

Gageons qu'il aura le génie, non pas de s'oublier, mais de sublimer la vie en littérature.

"Le seul moyen de supporter l'existence, c'est de s'étourdir dans la littérature comme dans une orgie perpétuelle. Le vin de l'Art cause une longue ivresse et il est inépuisable. C'est de penser à soi qui rend malheureux. " Gustave Flaubert.
avatar
Polixène

Nombre de messages : 3054
Age : 55
Localisation : Dans un pli du temps
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://polixenne.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une fable très naïve

Message  Jand le Mer 6 Avr 2016 - 8:29

elle, l'Amie, avec toute la gloire d'empathie que ce joli mot connote, s'aperçoit dans une espèce d'angoisse sourde, être passée à côté d'à peu près tout ce qu'il y avait à connaître d'essentiel ;



J'ai beaucoup, beaucoup, beaucoup aimé cette partie.


au mutisme de ladite, le garçon comprend.

Celle là un peu moins par exemple, mais c'est parce que je n'accroche pas au style qui est par ailleurs très bien maitrisé.




Si je puis me permettre de faire référence au commentaire au dessus du mien, je retiens avec précaution la citation de Gus qui étourdit au-delà du vin, magnifique,

Bonne journée à tous.

Jand

Nombre de messages : 47
Age : 20
Date d'inscription : 05/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une fable très naïve

Message  hi wen le Jeu 7 Avr 2016 - 20:35

jand=art ri?
vous avez le meme tic de rouler les mots en bouche avec délectation.

hi wen

Nombre de messages : 899
Age : 20
Date d'inscription : 07/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une fable très naïve

Message  Jand le Jeu 7 Avr 2016 - 21:06

Si les gens d'art s'appellent tous art ri, quelle médiocre arjanteri ahah

Jand

Nombre de messages : 47
Age : 20
Date d'inscription : 05/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une fable très naïve

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum