L'amour fou, extrait

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'amour fou, extrait

Message  PieAir le Mer 19 Aoû 2015 - 9:37

Il avait toujours aimé être en avance depuis le jour où ça lui était arrivé par hasard, il était alors parti en aventures dans les coins boisées qui se fleurissent seuls jusqu'aux bordures étincelantes d'une eau verte, il marchait sur le pont de tôle accolé à un pan du rempart Vauban et qui donnait sur l'autre rive très proche, mais le pont était bancale, et sa rambarde rousse de rouilles aux soudures mangés par l'air et le temps ne donnaient pas confiance, alors il traversait vite, en 4 enjambées. Alors devant lui il y avait un arbre qui gardait un renfoncement mal entretenu, et au milieu du renforcement tapissé d'orties, de ronces et d'aubépines 4 petites pierres étaient disposés en cercle autour des restes d'un feu. Près des pierres, des déchets de toutes sortes, capotes, cul de joint, un vieux paquets de clope, les restes d'un amusement furtif et violent. L'endroit était fréquenté par différents public. Initialement, c'était un endroit propice à la promenade et à la pêche. Mais son atmosphère de mousse fraîche et sa discrétion finissaient par attirer d'autres personnages, aux objectifs divers et peu variés. Puis il y avait les étudiants qui venaient pour des objectifs tout pareils aux seconds, mais avec une autre émotion, dans une autre démarche. Et de ces restes glauques et salaces qu'il voyait à ses pieds, il semblait à Jean qu'émanaient des particules de poésies défendues qu'il avait connu et qu'il respirait. Devant lui, face aux pierres, un mur de terre et d'argile dont la face est parcellée de pistes improbables sur son visage parcemés d'herbes hostiles. Il devait faire 10 mètres tout de même, mais beaucoup se risquaient à l'escalader, par jeu ou pour l'économie d'un détour coûteux en temps. Il fallait parfois courir pour atteindre le lycée, encore ivre de l'amour et du joint. Jean se rememorait ces moments, qui étaient peut-être adoucies par le souvenir, les yeux perdus dans le rouge du paquet de Malboro abandonné.Jean n'était plus au lycée depuis plus d'un an et demi, mais c'était pendant son année de terminale qu'il avait rencontré X. Ils apprirent à connaître leurs âmes avant de connaître leurs corps, littéralement car ils avaient eu leurs premiers échanges sur Facebook, et dans la dimension d'une fenêtre de discussion, ils apprenaient à se connaître, ils echangeaient des pensées, quelques anecdotes sur leur vie ou sur les autres, ils se taquinaient, se parlant comme des amis de toujours, sans retenue, avec l'envie assoiffée de s'exposer à l'autre à travers des mots qui devenaient plus parlant que n'importe quelle image, et ces confidences allèrent jusqu'à l'aveu d'un amour réciproque, eux qui ne s'étaient jamais vu si ce n'est à travers quelques photos. Ils s'étaient abandonnés mutuellement, n'avaient jamais mis aucune barrières dans ce qu'ils pouvaient se dire ou non, ils avaient tout deux, au même moment, besoin des mêmes choses, et ils s'étaient trouvés, inconsciemment guidés par la force naturelle du besoin, conscient de l'affection et la tendresse qu'ils osaient demander sans le dire, qu'ils donnaient sans le vouloir.

PieAir

Nombre de messages : 61
Age : 23
Date d'inscription : 26/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'amour fou, extrait

Message  PieAir le Mer 19 Aoû 2015 - 18:13

VOILA LE TEXTE AVEC UN PETIT MORCEAU DE DEBUT EN PLUS


Le bus avait lentement commencé à décroître en vitesse avant de définitivement s'immobiliser strictement au niveau de l'arrêt, à quelques centimètres du poteau indicateur. Il faisaut chaud, et la réverberation du soleil sur les pavés blancs cimentés de la gare donnait l'impression que de leur solidité émanait une sorte de gaz qui irradiait partout l'alentour. La masse de gens peu différents les uns des autres s'engluait devant les portes automatiques qui donnaient directement face au chauffeur béat et indifférent, qui semblait chercher quelque chose sur son tableau de bord, et enfin d'une pression sur un des boutons d'une grosseur enfantine, puis sur un autre d'un rouge outrageux, il ouvrit les portes de l'avant, ainsi que les deux situés en arrières de son fardeau.
Jean laissa passer quelques personnes visiblement pressés, lui était en avance, il n'avait pas rendez-vous avant 15h, et il était à peine 13h. Jean était habillé d'un pull blanc vaguement adapté à sa morphologie, il était trapu, malgré sa fine ossature ce qui lui donnait d'assez larges épaules pour des hanches moyennes, comme sa taille tout aussi moyenne, alors généralement, lorsqu'il trouvait un vêtement adapté à son tour de poitrine il devait être soit trop large au niveau du bassin, soit trop long. Il connaissait le même problème pour les jambes, musclés, qui le conduisaient à ne pouvoir porter que des jeans à la coupe droite.

Il avait toujours aimé être en avance depuis le jour où ça lui était arrivé par hasard,  il était alors parti en aventures dans les coins boisées qui se fleurissent seuls jusqu'aux bordures  étincelantes d'une eau verte,  il marchait sur le pont de tôle accolé à un pan du rempart Vauban et qui donnait sur l'autre rive très proche,  mais le pont était bancale, et sa rambarde rousse de rouilles aux soudures mangés par l'air et le temps ne donnaient pas confiance,  alors il traversait vite,  en 4 enjambées. Alors devant lui il y avait un arbre  qui gardait un renfoncement mal entretenu,  et au milieu du renforcement tapissé d'orties,  de ronces et d'aubépines 4 petites pierres étaient disposés en cercle autour des restes d'un feu. Près des pierres,  des déchets de toutes sortes, capotes,  cul de joint, un vieux paquets de clope, les restes d'un amusement furtif et violent. L'endroit était fréquenté par différents public. Initialement,  c'était un endroit propice à la promenade et à la pêche. Mais son atmosphère de mousse fraîche et sa discrétion finissaient par attirer  d'autres personnages,  aux objectifs divers et peu variés. Puis il y avait les étudiants qui venaient pour des objectifs tout pareils aux seconds,  mais avec une autre émotion, dans une autre démarche. Et de ces restes glauques et salaces qu'il voyait à ses pieds, il semblait à Jean qu'émanaient des particules de poésies défendues qu'il avait connu et qu'il respirait. Devant lui, face aux pierres, un mur de terre et d'argile dont la face est parcellée de pistes improbables sur son visage parcemés d'herbes hostiles. Il devait faire 10 mètres tout de même, mais beaucoup se risquaient à l'escalader,  par jeu ou pour l'économie d'un détour coûteux en temps. Il fallait parfois courir pour atteindre le lycée, encore ivre de l'amour et du joint. Jean se rememorait ces moments, qui étaient peut-être adoucies par le souvenir, les yeux perdus dans le rouge du paquet de Malboro abandonné.Jean n'était plus au lycée depuis plus d'un an et demi, mais c'était pendant son année de terminale qu'il avait rencontré X. Ils apprirent à connaître leurs âmes avant de connaître leurs corps,  littéralement car ils avaient eu leurs premiers échanges sur Facebook,  et dans la dimension d'une fenêtre de discussion, ils apprenaient à se connaître, ils echangeaient des pensées,  quelques anecdotes sur leur vie ou sur les autres, ils se taquinaient, se parlant comme des amis de toujours, sans retenue, avec l'envie assoiffée de s'exposer à l'autre à travers des mots qui devenaient plus parlant que n'importe quelle image, et ces confidences allèrent jusqu'à l'aveu d'un amour réciproque,  eux qui ne s'étaient jamais vu si ce n'est à travers quelques photos. Ils s'étaient abandonnés mutuellement, n'avaient jamais mis aucune barrières dans ce qu'ils pouvaient se dire ou non, ils avaient tout deux,  au même moment,  besoin des mêmes choses,  et ils s'étaient trouvés, inconsciemment guidés par la force naturelle du besoin, conscient de l'affection et la tendresse qu'ils osaient demander sans le dire,  qu'ils donnaient sans le vouloir.



PieAir

Nombre de messages : 61
Age : 23
Date d'inscription : 26/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'amour fou, extrait

Message  Polixène le Mer 19 Aoû 2015 - 18:25

Oui, et donc?
avatar
Polixène

Nombre de messages : 3054
Age : 55
Localisation : Dans un pli du temps
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://polixenne.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'amour fou, extrait

Message  PieAir le Mer 19 Aoû 2015 - 19:17

Je ne te le fais pas dire ?

PieAir

Nombre de messages : 61
Age : 23
Date d'inscription : 26/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'amour fou, extrait

Message  Polixène le Mer 19 Aoû 2015 - 19:50

Ce que je veux dire par cette question en suspens, c'est que le rajout n'apporte malheureusement rien au texte. Verbeux c'était, verbeux ça reste.
Quant au propos...

(Je te souhaite un long parcours en écriture de façon à ce que tu y retombes par hasard dessus dans plusieurs années.)

Le point positif c'est que tu aimes la langue française.
avatar
Polixène

Nombre de messages : 3054
Age : 55
Localisation : Dans un pli du temps
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://polixenne.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'amour fou, extrait

Message  PieAir le Jeu 20 Aoû 2015 - 9:23

T'es sérieuse ? C'est un extrait. Juge pour ce que tu vois, pas pour ce que tu attends

PieAir

Nombre de messages : 61
Age : 23
Date d'inscription : 26/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'amour fou, extrait

Message  Polixène le Jeu 20 Aoû 2015 - 11:22

Oui oui , très sérieuse.
J'ai sans doute échoué à te faire comprendre que j'ai lu un texte plat et totalement dénué d'intérêt: puéril exactement. Mais pas dénué d'intérêt technique, tu aimes la souplesse des phrases, leur vivacité.
Au prochain! Celui-là, je passe.
avatar
Polixène

Nombre de messages : 3054
Age : 55
Localisation : Dans un pli du temps
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://polixenne.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'amour fou, extrait

Message  PieAir le Jeu 20 Aoû 2015 - 15:17

Tu peux m'expliquer exactement en quoi c'est dénué d'intérêts, puéril ? Parce que le thème concerne des adolescents ? Je peux comprendre que ça ne te parle pas, mais explique toi sur tes qualificatifs, lorsque tu en uses. Si ça peut te rassurer, et j'aurai peut-être du le préciser, ma nouvelle n'aura pas vocation a ressembler à un feuilleton télé ou bien à un film comme lol. Je vais explorer jusqu'où peut aller le jusqu'au boutisme des sentiments et des actions d'un jeune adulte relativement paumé et vivant dans un milieu difficile et isolé, qui se raccroche avec désespérance à l'amour d'une fille pour échapper à son quotidien et construire son identité, ses projets, et la chute qui en suit, et de la chute vient des problèmes psychologiques important, puis la reconstruction...

PieAir

Nombre de messages : 61
Age : 23
Date d'inscription : 26/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'amour fou, extrait

Message  PieAir le Jeu 20 Aoû 2015 - 15:19

J'ai oublié de préciser que la fille vient pas du même milieu, c'est quasiment des étrangers, si ce n'est leur manière de penser, et leur attirance animal l'un envers l'autre très puissant mais unique tendon les reliant

PieAir

Nombre de messages : 61
Age : 23
Date d'inscription : 26/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'amour fou, extrait

Message  Polixène le Ven 21 Aoû 2015 - 21:32

Tout d'abord, mon intention n'était pas de te vexer ou de te mettre mal à l'aise, d'aucune façon.
Je te donne mon ressenti de lecture, et il n'est pas positif.

Puéril, par la menée du propos: les trois premiers quarts du texte sont consacrés à des descriptions inutiles (pour l'intrigue) tels les boutons du bus, les problèmes vestimentaires, à des descriptions de lieux ... et le dernier, celui où le deuxième personnage entre en scène, bâclé, synthétisé, avec un faux-recul créé par une utilisation artificielle du passé.
Puéril encore, par le titre -qui suffit à me faire détaler- : le cliché par excellence.
Puéril enfin, par la banalité de la rencontre des personnages: un assemblage de phrases creuses toutes faites, un collier de nouilles!
Clichés et platitudes en grand nombre (il y avait, alors,etc...)

J'ai employé également l'adjectif verbeux; des exemples:

Il avait toujours aimé être en avance depuis le jour où ça lui était arrivé par hasard, il était alors parti en aventures dans les coins boisées qui se fleurissent seuls jusqu'aux bordures étincelantes d'une eau verte, il marchait sur le pont de tôle accolé à un pan du rempart Vauban et qui donnait sur l'autre rive très proche, mais le pont était bancale, et sa rambarde rousse de rouilles aux soudures mangés par l'air et le temps ne donnaient pas confiance, alors il traversait vite, en 4 enjambées.
Phrase-lego.

et
Le bus avait lentement commencé à décroître en vitesse

Puis il y avait les étudiants qui venaient pour des objectifs tout pareils aux seconds,

Devant lui, face aux pierres, un mur de terre et d'argile dont la face est parcellée de pistes improbables sur son visage parcemés d'herbes hostiles.

Et je ne n'ai rien mentionné quant à l'orthographe, la liste est longue!

En résumé ce texte sonne faux, tel que tu l'as posté -même en extrait- ça ne fonctionne pas; tu es en "narrateur omniscient" mais tu donnes les détails et ressentis comme si tu étais en "narrateur interne" ; enfin au moment de nouer l'intrigue tu nous fais une quatrième de couverture (collection Harlequin)!

Donc, "texte dénué d'intérêt": j'assume; côté "puéril": j'assume, "verbeux": j'assume, et les qualités aussi: tu aimes écrire, tu aimes la matière des phrases et leur respiration, et il ne faut que du travail pour parvenir à tes fins.

avatar
Polixène

Nombre de messages : 3054
Age : 55
Localisation : Dans un pli du temps
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://polixenne.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'amour fou, extrait

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum