L'angoisse de la page blanche est un tigre de papier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'angoisse de la page blanche est un tigre de papier

Message  Gobu le Mer 29 Juil 2015 - 12:29

L’ANGOISSE DE LA PAGE BLANCHE EST UN TIGRE DE PAPIER.



L’angoisse de la page blanche ne fait peur qu’à celui qui la craint. Le sage l’ignore, le masochiste s’en délecte, le courageux l’affronte bille en tête ; il n’y a guère que le papetier qui s’en préoccupe encore : elle ralentit ses ventes et compromet la progression de son chiffre d’affaires, déjà rudement malmené par la concurrence déloyale des supports électroniques.

A côté de l’horreur de la page imprimée, l’angoisse de la page blanche fait figure de frayeur enfantine. Que dire du sentiment d’épouvante qui se dégage de la vision d’une déclaration d’impôts ? Comment décrire la terreur sacrée qu’on éprouve à la lecture d’un exploit d’huissier ? Qui saura évoquer avec la puissance nécessaire la répulsion qui s’empare du lecteur d’une lettre de licenciement – surtout quand elle lui est adressée – d’un avis de mobilisation ou d’une invitation au bal des anciens de la RATP ?

Encore n’est-il là question que de documents officiels ou assimilés, au pouvoir d’effroi tempéré par le jargon réglementaire, dont l’impact anxiogène est en quelque sorte policé grâce aux rituels de mise en page et aux artifices d’expression en usage dans la bureaucratie. On vous convoque, on vous met en demeure (parfois de quitter la vôtre), on vous dépouille du peu qu’il vous reste ; au moins vous l’annonce-t-on en enfilant les gants de la rigueur administrative. Le dramatique s’y noie dans un océan de procédure et de souci du règlement. On y gagne en sécheresse ce qu’on a perdu en émotion. La page n’est plus blanche, elle est encore loin d’être noire.

Car, bien sûr, le contraire de la page blanche, son double maléfique, son reflet terrifiant dans le miroir de l’occultiste, c’est la page noire. L’Histoire en regorge, l’Actualité en fait imprimer à pleines rotatives, la Littérature en use jusqu’à la démesure, bref la page noire prospère, elle se répand, elle tend à l’hégémonie.

Jadis, des publicistes aux mœurs affables et au tempérament poétique éditaient des pages roses. On y trouvait pêle-mêle de judicieux conseils prophylactiques, des anecdotes gentiment coquines ainsi que de perfides confidences en provenance directe de l’oreiller. La ménagère de 35/50 ans y pouvait à loisir épancher sa mélancolie, le collégien pubère y titiller sa libido et le colonel à la retraite y égratigner sous le couvert de l’anonymat la réputation de ses supérieurs. Ce n’étaient que parfumés secrets d’alcôves, croustillants ragots d’arrière-cuisine et petites rosseries insidieuses entre gens de bonne composition. La méchanceté s’y exprimait avec bienveillance, dans un français châtié et scrupuleusement respectueux des accords de participes, de l’emploi approprié du subjonctif et du pluriel des mots irréguliers. C’était le Bon Temps !

L’annuaire des téléphones – lorsque les répertoires informatisés ne l’ont point rendu obsolète – se pique encore de présenter des pages jaunes à ses fidèles lecteurs. Couleur de l’intimité impériale dans l’ancienne Chine, le jaune évoque plutôt chez nous les infortunes conjugales, les dysfonctionnements hépatiques ou la sénescence du feuillage en automne. Ce n’est sans doute pas pour ces motifs qu’on l’a choisi pour incarner le dynamisme et la soif de contacts commerciaux du petit industriel, la superbe du groupe multinational ou bien la compatissante sollicitude de l’entrepreneur des pompes funèbres, sans parler du dévouement du chirurgien dentaire, de la dextérité du tripier ou encore de la proverbiale disponibilité de l’artisan plombier. Non ! Les pages jaunes sont jaunes parce que le jaune se voit de loin – même dans l’obscurité lorsque c’est un nyctalope qui regarde – et que, de plus, il s’agit d’une des encres d’imprimerie les moins chères. Charité bien ordonnée commence par la parcimonie pour finir dans l’avarice la plus débridée, mais c’est là un autre débat. Signons des pétitions pour la survie des pages jaunes avant qu’elles ne disparaissent définitivement : l’écologie ne concerne pas que les espèces animales.

Mais surtout réhabilitons la page blanche. Cernée de petits livres rouges, de rapports marrons, de petits bleus et de listes noires, elle résiste vaillamment, virginale et riche de promesses, dans un monde où ne reste à écrire que ce qui n’a pas encore été pensé. L’angoisse de la page blanche est un tigre de papier et lorsqu’on parle de tigre, il faut garder à l’esprit que c’est entre les rayures que palpite la bête.


Gobu    
avatar
Gobu

Nombre de messages : 2401
Age : 63
Date d'inscription : 18/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'angoisse de la page blanche est un tigre de papier

Message  Pussicat le Mer 29 Juil 2015 - 15:03

j'ai mangé ces pages blanches, noires, roses et jaunes avec délice ; un vrai régal... jusque là. La digestion ne me semble pas poser de problèmes...
je retiens :
Gobu a écrit:L’angoisse de la page blanche est un tigre de papier et lorsqu’on parle de tigre, il faut garder à l’esprit que c’est entre les rayures que palpite la bête.
[/quote]
avatar
Pussicat

Nombre de messages : 4725
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 17/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'angoisse de la page blanche est un tigre de papier

Message  jfmoods le Ven 31 Juil 2015 - 8:34

J'ai beaucoup apprécié...

- la première phrase du texte, en forme de lapalissade (« L’angoisse de la page blanche ne fait peur qu’à celui qui la craint. »), qui annonce la drôlerie de l'ensemble du propos.
- le style héroï-comique, ce décalage, très desprogien, sous forme de questions ouvertes (« Que », « Comment », « Qui »), au paragraphe deux, entre froideur administrative du document (« déclaration d'impôts », « exploit d'huissier », « lettre de licenciement ») et caractère un tantinet hors de propos, décalé, exacerbé, presque tragique, de la réaction (« sentiment d'épouvante », « terreur sacrée », « avec la puissance nécessaire la répulsion »).
- dans le troisième paragraphe, le recours au pronom indéfini "on" qui dénonce la distance prodigieuse établie entre l'hydre bureaucratique et l'individu lambda.
- le jeu de contraste (« page blanche » / « page noire ») qui opère un glissement du sens propre vers le sens figuré, au paragraphe quatre.
- au paragraphe cinq, sur le thème des pages roses, les trois  énumérations à rythme ternaire avec leurs exemples significatifs.
- au fil du paragraphe six, des considérations -  avec des passages à rythme ternaire - sur les diverses interprétations du choix de la couleur jaune, selon l'époque, le milieu social, avec grand écart obligé du sublime (« la sénescence du feuillage en automne ») au trivial (« il s’agit d’une des encres d’imprimerie les moins chères »).
- l'inventaire d'expressions liées à divers contextes sensibles de l'écrit (l'utopie politique, l'affairisme vérolé, l'industrie, le monde du renseignement) et associées à des couleurs (« petits livres rouges, de rapports marrons, de petits bleus et de listes noires »), au paragraphe sept.

Merci pour ce partage !
avatar
jfmoods

Nombre de messages : 676
Age : 52
Localisation : jfmoods@yahoo.fr
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'angoisse de la page blanche est un tigre de papier

Message  Polixène le Ven 31 Juil 2015 - 9:10

Pour palpiter, ça palpite!
Où le désespoir est le carburant de l'humour, où la tendresse pour les faiblesses humaines est la bannière du malgré tout, où l'ironie est antidote, oui, ça palpite.
Belles rayures au demeurant.
avatar
Polixène

Nombre de messages : 3054
Age : 55
Localisation : Dans un pli du temps
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://polixenne.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'angoisse de la page blanche est un tigre de papier

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum