Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Invité le Mar 17 Sep 2013 - 19:16

Polix, ton avatar me terrorise !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  elea le Mar 17 Sep 2013 - 19:16

oui, c'est exact, mais qu'est-ce qui donne à la bouche de quoi être pleine, hein ?

elea

Nombre de messages : 4894
Age : 44
Localisation : Au bout de mes doigts
Date d'inscription : 09/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Gobu le Mar 17 Sep 2013 - 19:16

coline Dé a écrit:Torbi n'a pas donné ses choix !
Ca sonne comme une contrepèterie
avatar
Gobu

Nombre de messages : 2401
Age : 63
Date d'inscription : 18/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  elea le Mar 17 Sep 2013 - 19:18

Polix est comme sa Joconde ce soir, elle a mangé du clown :-)

elea

Nombre de messages : 4894
Age : 44
Localisation : Au bout de mes doigts
Date d'inscription : 09/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Polixène le Mar 17 Sep 2013 - 19:18

coline Dé a écrit:Polix, ton avatar me terrorise !
c'est pour te préparer au pire! :))
Niark niark
avatar
Polixène

Nombre de messages : 3054
Age : 55
Localisation : Dans un pli du temps
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://polixenne.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Sahkti le Mar 17 Sep 2013 - 19:20

coline Dé a écrit:Sahkti, te revoilà ! Les consignes te vont ?
oui, ça devrait le faire, faut juste trouver l'idée de départ :-)
avatar
Sahkti

Nombre de messages : 31251
Age : 43
Localisation : Suisse et Belgique
Date d'inscription : 12/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Polixène le Mar 17 Sep 2013 - 19:20

Gobu a écrit:
coline Dé a écrit:Torbi n'a pas donné ses choix !
Ca sonne comme une contrepèterie
voui, droits d'auteurs stp:
obi est torbi ( comme dirait le papam que habemus)
avatar
Polixène

Nombre de messages : 3054
Age : 55
Localisation : Dans un pli du temps
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://polixenne.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Gobu le Mar 17 Sep 2013 - 19:22

Sahkti a écrit:
coline Dé a écrit:Sahkti, te revoilà ! Les consignes te vont ?
oui, ça devrait le faire, faut juste trouver l'idée de départ :-)
Ca c'est du nanan. Faut surtout trouver le point d'arrivée !
avatar
Gobu

Nombre de messages : 2401
Age : 63
Date d'inscription : 18/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Sahkti le Mar 17 Sep 2013 - 19:22

Polixène a écrit:obi est torbi ( comme dirait le papam que habemus)
pffff, me fais pas rire, j'ai mal au bide...
:-)))
avatar
Sahkti

Nombre de messages : 31251
Age : 43
Localisation : Suisse et Belgique
Date d'inscription : 12/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Invité le Mar 17 Sep 2013 - 19:30

Obi, c'est vrai ça ? j'ai peine à croire que tu sois si torbi que ça ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  CROISIC le Mar 17 Sep 2013 - 19:43

oh ! misère... j'suis revenue m'aérer les neurones auprès de vous...
j'me suis embarquée dans une drôle d'histoire qui me fait peur
avatar
CROISIC

Nombre de messages : 2665
Age : 63
Localisation : COGNAC
Date d'inscription : 29/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://plumedapolline.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  CROISIC le Mar 17 Sep 2013 - 19:43

oh ! misère... j'suis revenue m'aérer les neurones auprès de vous...
j'me suis embarquée dans une drôle d'histoire qui me fait peur
avatar
CROISIC

Nombre de messages : 2665
Age : 63
Localisation : COGNAC
Date d'inscription : 29/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://plumedapolline.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  CROISIC le Mar 17 Sep 2013 - 19:44

j'en bégaie...
avatar
CROISIC

Nombre de messages : 2665
Age : 63
Localisation : COGNAC
Date d'inscription : 29/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://plumedapolline.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Invité le Mar 17 Sep 2013 - 19:59

Si tu savais dans quelle histoire zarbi je me suis lancée... j'ai un mal de chien à rester dans les clous !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  bertrand-môgendre le Mar 17 Sep 2013 - 20:05

Les arêtes de poisson.


Un petit objet important : un cahier
Un lieu familier : le lieu noir
Un prénom exotique : Monex


— Monex, repère bien le tracé des galeries sur mon cahier.
— J'ai bien vu, repéré et tout et tout. On y va ?
— Allons-y.
La nuit était déjà noire lorsque nous pénétrions dans les entrailles de la terre, au lieu dit "le Musée".

Après un quart d'heure de séparation nous établissions une première communication.
— Monex ?
— Oui Colin.
— Que fais-tu ?
— Comme convenu, je suis la galerie numéro 3. J'ai rien trouvé et toi ?
— Pareil. N'oublie pas d'inspecter le sol aussi. Silence radio. Economisons nos batteries.

Les minutes semblaient interminables dans ce labyrinthe souterrain.
— Monex ?
— Oui Colin.
— Où es-tu ?
— J'ai rebroussé chemin pour m'engager dans la 15. J'ai froid. Tu as trouvé quelque chose ?
— Non. Je passe dans la 28.

Au plus profond du tunnel, l'humidité persistante s'était transformée en petite rigole très glissante.
— Monex ?
— Oui Colin.
— M'entends-tu ?
— Oui, un peu. Il fait de plus en plus noir. Tu es loin...  et en... ma lam...  poche... onne... signe...  faible...
— Donne-moi ta position.
— Je suis... a...croupi...

— Monex ?
— ...
— Monex ?
— ...
— Monex ! Réponds-moi !
— ...

Après bien des heures de recherches d'un trésor convoité, nous nous sommes perdus en oubliant de nous référer à la sagesse populaire.  
Si tu marches devant moi, je saurais toujours qui je suis.





Notes de bas de page.Les arêtes de poisson composent le célèbre réseau de galeries souterraines  interdit au public par la ville de Lyon.  Une galerie principale dessert trente-quatre tunnaux latérels
Les aventuriers imaginent découvrir enfin le fameux  trésor des Templiers.
avatar
bertrand-môgendre

Nombre de messages : 7526
Age : 97
Date d'inscription : 15/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  bertrand-môgendre le Mar 17 Sep 2013 - 20:06

Alors ça bosse fort par ici ?
avatar
bertrand-môgendre

Nombre de messages : 7526
Age : 97
Date d'inscription : 15/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  bertrand-môgendre le Mar 17 Sep 2013 - 20:07

Mais ? Y sont où ?
avatar
bertrand-môgendre

Nombre de messages : 7526
Age : 97
Date d'inscription : 15/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  bertrand-môgendre le Mar 17 Sep 2013 - 20:08

Comme j'ai sué sang et eau, je remercie coline pour ce bain de jouvence.
avatar
bertrand-môgendre

Nombre de messages : 7526
Age : 97
Date d'inscription : 15/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  isa le Mar 17 Sep 2013 - 20:22

Contraintes :
Petit objet important: un petit bloc notes (orange)
Lieu familier: bibliothèque
Prénom exotique: Archibald


Retour à la case départ


Deux. Il y en avait juste deux : leurs silhouettes se détachaient sur le fond orange et je me demandais, ce jour là, si il y en avait plus sur les blocs plus grands. Au fond de moi-même, je savais très bien la réponse : il n'y avait qu'un seul logo et qu'un seul nombre de sapins sur les blocs Rhodia. Deux. Il n'y en aurait jamais plus. Alors comme ça me semblait un peu dommage, j'ai pris un stylo noir et je me suis empressée d'en griffonner un de plus sur la couverture, en me disant que, quand même, il serait temps que je grandisse un peu et que je trouve des activités plus intéressantes que de procurer aux sapins un nouveau frère.
En attendant, ma lettre n'avait pas avancé d'une seule ligne. Trois lignes en un quart d'heure, c'était quand même pas énorme, il allait falloir que je fasse un effort si je voulais pouvoir passer à la bibliothèque et enfin récupérer le dernier tome de la trilogie pour enfin connaître le dénouement et arrêter de passer mes soirées à lire pour revoir des amis et sortir un peu.
Mais avant il fallait vraiment que je finisse cette lettre. Plus d'un mois que mon frère m'avait écrit pour me donner de ses nouvelles. Une longue lettre en plus ! Je me devais de lui rendre la pareille. J'aurais pu l'appeler mais on avait toujours fonctionné par écrit, on osait plus se raconter ce qui se passait vraiment dans nos vies et puis on avait inventé un jeu : on se trouvait à chaque fois une carte postale d'un endroit différent et on la postait.
Pour cette lettre, j'avais demandé à un ami de me ramener une carte de New-York : j'étais contente d'avoir quelque chose d'original à lui proposer et j'espérais que ça allait lui faire oublier mon retard.
Un peu de musique pour m'aider à m'écrire, j'ouvre le bloc... Une heure après, j'avais mal au poignet mais j'avais une belle lettre de quelques pages. Par contre, plus de timbres... Heureusement, le bureau de tabac est sur le chemin de la bibliothèque.

« - Bonjour Archibald !
-Bonjour, sale temps aujourd'hui, hein ? »
J'ai toujours trouvé ça drôle cette façon que les gens ont de parler de la pluie et de beau temps... Finalement, ils font juste ça pour meubler quand ils savent pas quoi dire et dans ce cas précis, Archibald disait ça juste pour être agréable... Mais rien ne m'empêchait de lui répondre poliment.
-Et oui, on dirait bien que l'été est fini...
-Il aura pas duré longtemps cette année !
-Et oui...
-Alors qu'est-ce qu'il vous faudra ?
-Dix timbres, s'il-vous-plait !
-Vous savez qu'on est passé aux nouveaux timbres ?
J'en avais vaguement entendu parler, lu quelques articles dans les journaux, entendu des gens s'indigner parce que la nouvelle Marianne était une femen. Mais honnêtement, tout cela m'importait peu, tant que la lettre arrivait à destination...
-Oui j'ai entendu ça !
-Et vous en pensez quoi ?
Terrain glissant... Et puis en plus j'avais pas vraiment le temps de me perdre en divagations philosophiques avec la bibliothèque qui allait bientôt fermer, et j'avais vraiment envie de récupérer le dernier tome de ma série.
-Il est plutôt joli je trouve...
Et hop, prendre le porte-monnaie et remuer ostensiblement les pièces pour bien montrer qu'on est pressé.
-Ça fera six euros trente, s'il-vous-plait.
-Merci, aurevoir !
-Aurevoir ! »
Un coup d’œil rapide à la montre en sortant, juste cinq minutes pour passer à la bibliothèque, ça va être juste, mais ça va le faire ! Le carnet de timbres mis à la va-vite dans la poche du pantalon, une petite marche rapide jusqu'à la bibliothèque...

       La bibliothèque était encore ouverte et trouver le livre ne me prit qu'un instant puisque j'avais pris exactement au même endroit les deux autres. Juste quand je mets la main dessus, le message de fermeture de la bibliothèque se fait entendre. In extremis ! En passant à la caisse, j'ai eu le droit à un nouveau « mauvais temps aujourd'hui ! », à croire qu'il y avait un complot entre tous les commerçants du quartier pour me sortir la même phrase. J'avais qu'une envie, de rentrer au chaud, de me préparer un chocolat et de connaître enfin le dénouement du livre. Heureusement, la bibliothécaire devait être dans le même état d'esprit puisqu'elle m'a laissé partir rapidement.
      En fait j'ai même pas tenu jusqu'à la maison, dès que j'ai été dans la rue j'ai commencé à parcourir les premières lignes tout en marchant – la pluie s'était providentiellement arrêtée de tomber (avec un peu de chance le temps serait au beau fixe le lendemain et on aurait enfin droit à un sujet de conversation novateur.) J'ai failli passer devant la boîte aux lettres sans la voir mais je m'en suis souvenu à temps et j'ai pris la lettre à tâtons avant de la jeter dans la boîte tout en restant absorbée dans mon livre.

           En claquant la porte, j'ai senti mon téléphone vibrer : un message  de mon frère qui demande de mes nouvelles. « Je viens de te poster une lettre de deux pages, tu devrais la recevoir dans la semaine En plus, tu devineras jamais d'où viens la carte... » ! Juste avant de me diriger vers la cuisine, mon regard a été attiré par un petit papier, sûrement tombé de ma poche... un tout petit papier... avec 10 femmes rouges...
Tout est à refaire.

avatar
isa

Nombre de messages : 420
Age : 26
Localisation : Elbonerg
Date d'inscription : 08/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  isa le Mar 17 Sep 2013 - 20:24

Sur ce, je vais aller dormir pour me remettre de toutes ces émotions! J'ai hâte de voir comment vous vous en êtes sortis (pour ma part j'ai pas mal galéré) mais ça attendra demain!
Merci à Coline pour avoir animé l'exercice: c'était bien sympa
Bonne nuit à tous!
avatar
isa

Nombre de messages : 420
Age : 26
Localisation : Elbonerg
Date d'inscription : 08/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Sahkti le Mar 17 Sep 2013 - 20:24

Contraintes :
Un petit objet important : les clés de maison
Un lieu familier : le resto chinois du coin de la rue
Un prénom exotique : Elod


- Mais pourquoi t'as pris un chat ? T'es conne ou bien ?
- C'est pour avoir de la compagnie…
- En tout cas compte pas sur moi pour m'occuper de ta sale bête.

Le nez dans mon bœuf sechuan, je savoure tant la sauce que les paroles d'amour que se balancent mes deux voisines de table depuis leur arrivée.

- Et puis t'es conne aussi, tu peux déjà pas t'occuper comme il faut de ta gamine ! Et avec quoi tu vas la payer la bouffe de ton chat, avec ton chèque de l'aide sociale ?!

Mais pourquoi a-t-il fallu que j'oublie mes clés au boulot et que je me retrouve coincée à attendre que ceux du dessus rentrent et m'ouvrent la porte avec leur double…
En plus aujourd'hui, j'ai pas envie de manger chinois, juste traîner en savates dans l'appart.

- Hé ! On peut avoir une autre bouteille de vin ?! Y en a marre d'attendre !

Ha dis donc, y a pas à dire, elles en tiennent une bonne ces deux là, à siffler verre sur verre et vitupérer contre le monde entier.
Même pas possible de se replier, le resto est bondé. Tout le monde écoute et profite du spectacle à bon marché en se marrant discrètement.
Sauf le gars en face de moi qui semble terrorisé. Me lançant des œillades désespérées quand les mégères haussent le ton.  Est-ce qu'il a peur d'elles ?

- Ho la serveuse, tu ramènes du riz ?! T'es payée pour ça !

Les minutes passent, les insultes pleuvent. Ça va dégénérer, les gens ne rigolent plus…
Mon vis-à-vis transpire à grosses gouttes. Je crois bien qu'il tremble.

- Ça va monsieur ?

Il ne dit rien mais me regarde comme si sa vie en dépendait.

- De toutes façons, Claudette, t'es qu'une ratée. Comment tu veux qu'un mec te regarde, t'as vu comme t'es ?

Et c'est reparti. La Claudette en question, c'est pas Alexandrie qu'elle nous chante mais les sanglots longs de la bonne femme bourrée qui sait plus où elle en est et c'est trop injuste et personne ne l'aime et…

- Mais tu vas fermer ta gueule ou…

Paf, la blondasse décolorée vient de lui en mettre une pleine poire.
Des gens se lèvent, interviennent pour les calmer. Erreur. Un verre fait le grand saut jusqu'au sol puis une fourchette puis…

Je ne suis plus vraiment ce qui se passe, je n'ai d'yeux que pour ce gars apeuré qui cherche éperdument une serveuse pour payer et se lever; il n'a même pas terminé son plat.
Du bout des doigts, je touche sa main. Il se crispe, attrape un sac en plastique.
Les deux bonnes femmes sont en train de se hurler dessus, il se bouche les oreilles puis envoie valdinguer son plat par terre. Il a maintenant le regard fou et, sans demander son reste, il lance deux billets sur la table avant de sortir en courant dans la rue.
Les timbrées se taisent d'un coup. Tout le monde regagne sa place. L'attraction change de direction, fini les poivrotes, les gens discutent en regardant vers l'extérieur.

Devant mon air interloqué, la serveuse - qui me connaît un peu depuis mes années de pratique de sa gargote - murmure "C'est rien, c'est Elod, il reviendra. Demain. Ou plus tard."

Elod…
Drôle de nom.

Elod…
Moi aussi je reviendrai.
Demain. Ou plus tard.
avatar
Sahkti

Nombre de messages : 31251
Age : 43
Localisation : Suisse et Belgique
Date d'inscription : 12/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Sahkti le Mar 17 Sep 2013 - 20:25

(Merci Coline pour cet exo !!)
avatar
Sahkti

Nombre de messages : 31251
Age : 43
Localisation : Suisse et Belgique
Date d'inscription : 12/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live annoncé pour le mardi 17 à 20h 30

Message  Invité le Mar 17 Sep 2013 - 20:26

Contraintes :
Un petit objet important : une clé USB
Un lieu familier : l'atelier
Un prénom exotique : Thisbé

Je me suis fait un sang d'encre

Excès de vitesse

C'est ce matin que je l'ai remarquée, affolée : une fissure s'est formée sur le mur de l'atelier, côté sud, là où les ronces et les mûres ont fini par envahir le terrain. Ce doit être le séisme d'avant-hier qui a fait des siennes. Ce matin, une autre secousse tellurique a suivi, brève comme une machine à laver mal posée qui s'ébranle à l'essorage. Résultat : le mur s'est méchamment lézardé côté nord, celui qui donne sur d'improbables voisins.
J'ai cru entendre des frôlements, à plusieurs reprises des pas glissés. Ne me dites pas encore que c'est mon imagination qui s'enflamme... Je travaille nuit et jour sur un tableau pour une bourgeoise provinciale aux amours malheureuses  qui veut que je la représente en Thisbé et Pyrame.
Je tricote des pinceaux depuis des heures, jamais satisfaite du modèle que j'ai pris soin de passer sur ma clé USB et d'imprimer en trois dimensions.
Cette fois, j'en suis sûre, j'ai entendu un soupir, un sanglot.
- Qui es-tu, toi que je devine à travers la paroi ?
- Je m'appelle... Thisbé... dit-elle dans un murmure.
Je réprime un fou rire, prête à lui dire que je suis la pire âme qui soit...
Mais la curiosité est plus forte. Elle me confie qu'elle a un père horrible, qui réprouve son amour, et qu'elle n'a qu'une envie : fuir cet espace confiné.
Ne me demandez pas comment j'en suis arrivée à la sortir de cet imbroglio, on trouve parfois des forces inattendues à la veille d'une commande précipitée, toujours est-il que je l'ai conduite en lieu sûr, loin de Babylone.
Au retour, ça n'a pas manqué, au sortir de la rocade, je me suis fait arrêter pour conduite en état d'ivresse et oubli de permis.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live annoncé pour le mardi 17 à 20h 30

Message  Invité le Mar 17 Sep 2013 - 20:27

Un petit objet important : une clé USB
Un lieu familier : l'atelier
Un prénom exotique : Thisbé

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Invité le Mar 17 Sep 2013 - 20:29

Hum, on commence par le plat de résistance ?  Et les zakouskis, alors ?
 mais ça a l'air appétissant tout ça !
Mon dessert est un peu pâteux ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  elea le Mar 17 Sep 2013 - 20:29

Contraintes :
Un petit objet important : une pile
Un lieu familier : la cuisine
Un prénom exotique : Alinoa

Un regrettable oubli


Alinoa s’agite et gigote dans ma cuisine, comme une pile de publicité : inusable. Sous le plaid en mohair beige, on aperçoit une grosse veste en laine enfilée par-dessus un pull. De toutes ces couches de vêtements, un bout de t-shirt dépasse, elle tire dessus avec le pouce, nerveusement. Ainsi accoutrée, on dirait un mille-feuille.

- Tu veux pas des moufles et un bonnet aussi ?
- Te moques pas, ça caille en France !

Comme mon lait en train de refroidir. Et j’en oublie la suite de la recette, que je tente de compulser sur le livre posé en haut de la pile de magazines de cuisine.
 
- J’ai faim, t’en as pour longtemps ?

En guise de réponse à ma filleule des îles, j’attrape le bol doseur et la farine. Du coin de l’œil, je la vois plonger un doigt dans la casserole, prélever un peu de crème sur le lait et suçoter son index comme un bébé son pouce. Enfin immobile !
L’accalmie est de courte durée, la tornade du Pacifique esquisse un pas vers la porte, la manche trop grande de sa veste s’accroche à la poignée de la casserole et la renverse, elle pousse un grognement et contemple avec moi les tomettes arrosées.

- Pardon…

J’attrape la serpillière sans un mot. Elle se juche sur le tabouret, les bras croisés autour de ses genoux repliés, dans une position qui m’évoque à la fois un mouvement de gymnastique et un oiseau se préparant à l’envol. Son expression contrite m’agace plus encore que sa légendaire maladresse.
Pénurie de lait, j’abandonne la recette, fouille dans le congélateur et enfourne une tarte dans le micro-onde. Sa grimace me tord les tripes, on dirait son père au même âge, à l’époque où il ne m’avait pas encore quittée pour sa grue de mère. Quelle idée de me demander d’être la marraine du fruit de sa trahison.
 
Et aujourd’hui la petite fugueuse débarque, me supplie de l’héberger, elle n’a dit à personne qu’elle venait se réfugier ici, même pas au grand benêt qui lui sert de petit ami et qu’elle est venu rejoindre, bravant l’interdiction parentale. J’ai bien entendu menti quand son père a appelé : « Alinoa ? Non, je n’ai aucune nouvelle d’elle, pourquoi ? ». Il a poussé un soupir d’inquiétude, en fond sonore j’ai entendu sa pouf crier que s’il arrivait malheur à sa fille elle le quittait, il a raccroché en bredouillant des excuses. Je saurai le consoler moi...
 
- Tu as pris ta seringue d’adrénaline ?
- Ah merde, quelle conne, je l’ai laissée à la maison !

Je vérifie la composition de la tarte, et jette l’emballage dans un sourire.

- Tu peux y aller, pas de traces d’arachide.

Et je la regarde avec délectation engouffrer une grosse part de tarte au beurre de cacahuètes.


Contraintes : une pile - la cuisine - Alinoa

elea

Nombre de messages : 4894
Age : 44
Localisation : Au bout de mes doigts
Date d'inscription : 09/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  elea le Mar 17 Sep 2013 - 20:32

euh, je ne me suis pas foulée pour le titre... mais le reste m'a demandé tellement d'énergie que je n'en avais plus pour nommer la chose :-)
je pause et je vous lis dans la soirée, commentaires sans doute jeudi, demain je ne pense pas pouvoir
merci Coline !

elea

Nombre de messages : 4894
Age : 44
Localisation : Au bout de mes doigts
Date d'inscription : 09/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Une odeur de girofle.

Message  CROISIC le Mar 17 Sep 2013 - 20:34

Contraintes :
- un couteau d'office
- ma cuisine
- Ezilda


Un petit colis recouvert de papier kraft est arrivé par la poste.
Impossible de lire la date sur le tampon, quant au timbre, j’suis pas fildefériste comme dirait ma voisine, mais… il n’est pas de ce siècle, j’en mettrai ma main à couper. Enfin, c’est une façon de parler, n’est-ce pas ? Que ce soit la gauche ou la droite, j’y tiens à mes mains, elles me font vivre, elles me font rêver aussi.
Je coupe la ficelle grise d’un petit geste précis, mon couteau d’office est toujours près de moi dans la cuisine.
Le papier, lourd et gras s’écarte un peu.
Une boîte triste en laque noire apparaît.

Je la pose rapidement près de l’évier pour aller ouvrir la porte d’entrée, le marteau vient de frapper, c’est le jeune homme de la poissonnerie qui apporte ma commande.
Je retourne dans la cuisine, les bras chargés.
La lourde boîte en polystyrène laisse échapper de délicieuses odeurs de varech et de crustacés.
D’un œil averti je vérifie le contenu de la boîte.
J’ouvrirai les huîtres au dernier moment, quand nous prendrons l’apéritif.
Les langoustines… allez, trois minutes dans le court-bouillon brûlant.
Le homard bleu périra sous la lame pointue de mon couteau avant d’aller griller sur la braise rougeoyante.
Les vins sont au frais, je vais goûter le Sancerre et... mon regard s’attarde sur la petite boîte noire qui garde encore secret son contenu.

Aujourd’hui sera un grand jour.
Ezilda vient déjeuner pour la première fois à la maison.
Elle est belle et elle sent le girofle.
Elle est sombre et elle marche comme on glisse.
Elle me dira d’où elle vient, je vais oser lui demander.

Nous aurons un fils.
Nous… et flûte, je me suis entaillé le doigt ; de la gaze, du sparadrap.

Déjà midi.
Ezilda va soulever le marteau, Ezilda va habiter ma cuisine.

Il est treize heures.
Mon doigt blessé heurte la petite boîte noire ; je soulève le couvercle qui résiste un peu.
A l’intérieur,
une photo jaunie, Ezilda si belle dans la robe de soie blanche que je lui avais offerte pour notre mariage.
Une petite pierre d’obsidienne aussi coupante que mon couteau d’office.
Un petit sachet de gaze qui sent encore le girofle.
Un plan détaillé du port de Zanzibar.

Une larme froide coule enfin sur ma peau ridée.
avatar
CROISIC

Nombre de messages : 2665
Age : 63
Localisation : COGNAC
Date d'inscription : 29/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://plumedapolline.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  CROISIC le Mar 17 Sep 2013 - 20:45

Merci MC Coline !!!
J'ai eu peur de ne pas y arriver, mon idée de départ était totalement différente.

j'ai oublié de noter les contraintes qui étaient :
- un couteau d'office
- ma cuisine
- Ezilda
(réparé)
avatar
CROISIC

Nombre de messages : 2665
Age : 63
Localisation : COGNAC
Date d'inscription : 29/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://plumedapolline.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Ayez toujours recours au SAV

Message  Invité le Mar 17 Sep 2013 - 20:54

Contraintes :
Un petit objet  important : une bague en jade porte chance
un lieu familier : les remparts de saint Malo
Prénom exotique : Liwan


Liwan est mon autre moi.
Comme son prénom l'indique elle est belle, jeune et douce.
Nous avons beaucoup de choses en commun : d'innombrables souvenirs d'enfance dans une boîte, des passages à vide plus ou moins longs, des cheveux, des ongles, des vis, des plaques de titane et un potentiel érotique au-dessus de la moyenne. Très au-dessus.
Quelques détails, dont je vous ferai grâce, nous différencient pourtant, dont un non négligeable : je suis l'original. Je l'ai payée fort cher au labo de bionique le plus secret de Chine – et croyez moi, les chinois ne font pas que des objets consojetables...
J'ai donc, outre une prééminence indiscutable, quelques années de plus qui sont la raison même de mon acquisition et qui nous amènent quotidiennement à des acrobaties substitutives simples et efficaces : elle drague, je consomme. Quand je dis simple... j'ai simplifié, là, pour éviter de rentrer dans les détails. Croustillants certes, mais d'un intérêt marginal pour notre histoire. Il vous suffit de savoir que l'activation de Liwan s'effectue grâce à une très belle bague de jade que j'appelle mon porte chance. Ce 3 septembre dernier – la saint Grégoire, et je songeais avec dépit que Grieg ne viendrait certainement à pas à mon anniversaire - j'arpentais les remparts de Saint Malo sans intentions spéciales quand j'aperçus un jeune touriste chinois d'une beauté happante. Je n'avais encore jamais essayé de chinois - manque de curiosité qui me causait une terrible honte.
Il y avait du vent et je remarque de plus en plus souvent que le vent entre dans ma tête, avec des effets désastreux en termes de mémoire.
Je vous passe la phase d'activation de la bague ; Liwan, splendide dans une robe verte laquée sur son corps avançait le long du rempart et trèbuchait opportunément juste à la hauteur du jeune homme . La soudaine élévation de la température augurait bien l'affaire ça ne devrait poser aucun problème.
Au remue-ménage qui habitait mes soubassements, je songeai qu'il faudrait sans doute modérer ma dose d'hormones biquotidienne, sous peine de risquer des débordements incongrus.
Je laissai mes tourtereaux faire plus ample connaissance au bar du Chateaubriand et continuai ma promenade en direction de la place du Placître où se trouve ma fillionnière. J'avais oublié de mettre un foulard sur mes cheveux, et le vent me décoiffait, rentrait dans mes oreilles, retroussait les pans de ma veste, s'engouffrant dans toutes les ouvertures. Est-ce l'envie de me mettre à l'abri de cette intrusion ou l'attrait d'une boisson avant d'entrer en action ? Je m'arrêtai au Corps de Garde boire un petit calva avant de rejoindre mon nid d'amour.
Habituellement, Liwan et sa proie arrivent un peu après moi et nous opérons la substitution lorsque le jeune homme est conditionné à accepter l'obscurité. Liwan est d'une habileté remarquable à cet effet. Elle regagne sa boîte et j'entre en religion.
Mais ces jours derniers, elle a eu quelques bugs. J'ai repris la notice ( cent soixante douze pages, plus d'une traduction littérale...) Si je n'arrive pas à effectuer les réglages, je devrai faire appel au SAV, mais ils vont la garder au moins quinze jours et ça, c'est au-dessus de mes forces. J'ai eu beau m'acharner ce matin , je n'ai pas réussi à trouver la page concernant le dysfonctionnement repéré.


L'air salin m'a fouettée, je rejoins mon appartement au pas de charge, mais Liwan et son amoureux ont déjà investi les lieux et... la garce a fermé la porte !
Je mets la bague en mode sans échec, sans résultat.
Le silence qui accueille mon entrée ne laisse aucun doute : personne ne se dissimule ni dans le lit ni dans aucun meuble, la salle de bains est désespérément vide et rien
Ah si:un petit mot délicatement déposé sur l'oreiller :
Honorée Madame
Je vous remercie mille fois pour cette opportunité inespérée : je travaille depuis six ans dans la firme S...o et mon salaire ne me permettrait jamais de me payer une merveille comme Liwan. Merci pour le mode d'emploi . La firme veille à ce que nous n'ayons jamais accès à toutes les informations qui lui donnent vie.
Ne m'en veuillez pas, je vous prie si je vous dépouille, mais je ne serai pas ingrat : je vous enverrai mon cousin qui aime beaucoup les vieilles femmes.
Votre reconnaissant Mikimoto

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Invité le Mar 17 Sep 2013 - 20:57

Zut, l'italique de la lettre n'est pas passé... (réparé)
Ce fut laborieux !

Je vous lis ce soir, mais pas sûr que je commente, ça m'a épuisée, toutes ces ... émotions !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Invité le Mar 17 Sep 2013 - 21:11

Je pensais faire un exo facile...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Sahkti le Mar 17 Sep 2013 - 21:12

Y a du bon !!
Je vous commente demain.

Merci Coline et belle nuit.
avatar
Sahkti

Nombre de messages : 31251
Age : 43
Localisation : Suisse et Belgique
Date d'inscription : 12/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cassandra

Message  Gobu le Mar 17 Sep 2013 - 21:41

Exo 170913

Contraintes perso :

Cuisine
Couteau Laguiole avec tire-bouchon
Cassandra


Cassandra.

J’ai rencontré Cassandra Dalla C…(le lecteur aussi bien que la lectrice me pardonneront cette discrétion) durant l’automne 1755. A Venise, la plus belle ville du monde, l’automne est le plus beau du monde. Il donne aux vieux palais et aux jolies femmes l’incomparable éclat de ce qui brille avant de se mettre en sommeil. Et qu’on me pardonne cette forfanterie, mais je m’y entends aussi bien en belles villes qu’en automnes. Et qu’en jolies femmes, mais elles le sont toutes lorsqu’on les regarde avec les yeux de l’amour.

J’avais fait la connaissance de cette demoiselle Cassandra à l’occasion d’un bal chez M. l’Abbé de Bernis, Ambassadeur de Sa Majesté Louis XV auprès de la Sérénissime République. Ce futur cardinal, aussi aimable que raffiné, n’en passait pas moins, malgré sa calotte, pour le plus galant des gentilshommes et le plus fougueux des amants. A moins que ce ne fût l’inverse. A mon âge, la mémoire est ce qui me fuit le plus.

M. de Bernis me présenta lui-même la jeune Cassandra. Comment la figurer ? Il me faudrait la plume de Dante, le pinceau de Raphaël si ce n’est le ciseau de Phidias pour vous dépeindre ses charmes. Encore craindrais-je de ne pas lui rendre justice. Je me contenterai d’écrire que si l’automne à Venise est le plus beau du monde, il donnait à la fraîcheur de Cassandra la plus ravissante figure de la ville, et à son maintien pudique de fille d’un membre du Conseil Suprême l’allure lascive d’une vierge du Bernin. Bref, j’en fus épris dès le premier regard et celui qu’elle daigna m’accorder entre ses paupières mi-closes me rendit la pareille. Ce sont là des choses qu’un gentilhomme connaît.

J’avais réussi à entraîner Cassandra dans la cuisine de l’appartement que M. de Bernis, avec générosité, m’avait alloué en son hôtel. Je dis bien cuisine, car mon ami, aussi gourmand qu’un chat de chartreuse, n’ignorait rien de mon goût pour les arts de la table, ni que j’avais servi des pâtes à Madame de Pompadour. La favorite du Roi raffolait de la cuisine vénitienne. La meilleure de l’Italie, donc du monde, comme chacun sait.

J’avais juché la petite Cassandra sur une escabelle, à demi pour la mettre à ma hauteur, point négligeable, à demi pour admirer le poli de son genou que la posture dénudait. Je l’avais entraînée par la main vers mon petit royaume privé. C’est du moins ainsi que je lui avais présenté l’affaire. Elle n’éleva aucune objection, si ce n’est qu’elle entendait que nous serions seuls en ce royaume-là. Je lui assurai en retour que je n’avais pas de plus cher désir, tout au moins pour le moment, nuance qu’elle fit mine de ne pas ouïr pour ne point montrer quelle l’avait entendue. Un gentilhomme ne s’y trompe pas.

J’avais fait monter du cellier deux bouteilles d’excellent vin blanc de Vénétie, que je comptais accompagner d’huîtres fraîchement tirées de la lagune, présent de mon mécène M. de Bernis, lequel prisait aussi bien la saveur exquise de ces mollusques que les vertus aphrodisiaques qu’on leur prête. M. l’Abbé, en plus d’être un parfait gentilhomme, avait l’esprit philosophique et le savoir encyclopédique. J’avais disposé les deux flacons dans des seaux pleins de glace, lorsque je me rendis compte que le faquin de valet qui me les avait portées avait négligé de les déboucher. En effet, depuis quelques temps, les négociants en vin avaient remplacé les bouchons d’étoupe, aisés à ôter, par des bouchons en liège encapuchonnés de cire, plus hermétiques, mais impossibles à extraire sans l’aide d’un instrument adéquat.

Par bonheur, je possède cet instrument, acquis pour pas moins de cent cinquante sequins à un coquin de coutelier aveyronnais. L’objet, forgé au village de Laguiole, de grande réputation, se présente comme en couteau pliant, à la lame acérée et effilée, mais dont l’autre face dissimule une vis sans fin de métal. Il suffit de déplier cet appendice et d’en percer le bouchon jusqu’à ce qu’on puisse l’extraire sans effort. J’ai proposé à MM Diderot, D’Alembert & consorts de le faire entrer dans leur opus sous le vocable de tire-bouchon. Ces MM. n’ont pas daigné donner suite à ma suggestion, mais quelque chose me dit que le nom restera. Le bon sens vénitien, sans doute.

J’avais fait admirer à la belle l’or pâle du nectar dans sa robe de verre, et je m’apprêtais à tirer de mon pourpoint le deus ex machina qui nous ouvrirait les portes du Paradis. J’eus beau fouiller toutes mes poches, je ne l’y trouvais point. Me voyant explorer frénétiquement jusqu’à mes chausses et l’intérieur de ma culotte, la compatissante Cassandra s’enquit avec beaucoup de délicatesse de savoir si j’étais souffrant. A quoi je répondis que nenni mais qu’en revanche je me trouvais fort contrarié.

- Serait-ce ceci l’objet de votre contrariété ? dit-elle en me tendant l’objet égaré.
- Si fait. Mais comment diantre est-il en votre possession ?
- C’est que quelque gentilhomme un peu trop galant l’aura laissé tomber de sa poche de poitrine en s'inclinant un peu trop avant sur le corsage de quelque belle vénitienne. Dieu merci quelque bonne âme sans rancune l’aura vu choir, l’aura ramassé et lui aura rapporté.  Vous voyez comme la providence fait les choses, Monsieur.
- Le mieux du monde en vérité. Mais que souhaiterait cette bonne âme sans rancune en remerciement de sa bonne action ?
- Elle souhaiterait que le gentilhomme pousse la galanterie jusqu’à ouvrir cette bouteille, trinquer avec elle et ne se pencher plus que sur elle, au moins pour la soirée.

C’est ainsi que l’automne à Venise pare les filles d’augustes et sévères membres du Conseil des couleurs de l’amour. Un gentilhomme n’en dira pas plus.

Giacomo C.

Pcc/Alano Dal Gobbù

PS : N'affreux comme je suis n'en retard. Tant pis : il me faut du temps pour faire bref. A +
avatar
Gobu

Nombre de messages : 2401
Age : 63
Date d'inscription : 18/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Chako Noir le Mar 17 Sep 2013 - 21:43

Bonsoir! Gobu vient de poster son texte, je prends les consignes, tout va bien! A pluche!
avatar
Chako Noir

Nombre de messages : 5416
Age : 27
Localisation : Neverland
Date d'inscription : 08/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://gofeedthecat.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Chako Noir le Mar 17 Sep 2013 - 22:36

Bon en fait, demain pour moi, migraine ce soir.. mais je concocte un truc sympa!
Ai commencé à vous lire, encore une fois belle moisson de textes!
Bonne nuit
avatar
Chako Noir

Nombre de messages : 5416
Age : 27
Localisation : Neverland
Date d'inscription : 08/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://gofeedthecat.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Un textraordinaire

Message  Polixène le Mar 17 Sep 2013 - 22:57

(Consignes:
clé, rue, Jorod, regrettable oubli, moi.)


Un textraordinaire


C'était un matin. Ce doit être pour ça, parce que, normalement, le matin, moi je dors. Ou j'adore, mais en PLS. Et dans un lit.
Chut, Gobu, pas un lit d'oignons, voyons ! C'est mon voisin, le cuistot : lui, c'est un toqué, proprement, de produits rares, épices fines, gueuletons -à-toute-heure et croque-madame

Ce jour-là, donc, au lieu de m'addonner à une saine occupation, quelle mouche me pique d'aller vérifier à la porte d'entrée, la présence de ma clé dans la serrure? Descendre...brumeuses, les marches, toutes. A-t-elle pris sa clé ou la mienne ?L'appeler tant que ce n'est pas trop tard? (hotline 7h45, la première sonnerie du collège indique aux élèves d'éteindre les portables) Évidemment, c'est trop tard.
Je descends encore les marches, y'en a plein, toujours floues. Ouf, bonne petite, a pris la sienne. Sérieuse, bien éduquée, cette gosse. Je me félicite- un peu- d'être sa mère, pour effacer le stress inutile , et je suis là, béate et con, près de ma porte, quand un papier, coincé sous le battant de la boite aux lettres, attire mon attention. Le genre de merdouille qu'on jette habituellement sans un regard: blanc sale, impression pourrie, encre qui bave : Bonjour, je suis Jorod, un nouveau voisin.
Je n'ai pas besoin de vous, mais vous aurez besoin de moi.
Ah ah!là je m'exclame, toute seule dans mon couloir ,pas spécialement habillée et du coup, bien réveillée. Gonflé, celui-là!et il fait du porte-à-porte pour se présenter, présomptueux d'emblée ! Non mais je rêve! Il a intérêt à avoir une belle gueule d'amour!...Ou alors c'est les desséchés du bulbe, les témoins de Jéhovah sur un nouveau secteur ? Ou un petit malin qui veut nous vendre des fenêtres du troisième millénaire, des gants de boxe de cocktail ou des bigoudis bioniques ?Nan, je sais, c'est un dangereux psychopathe en crise aigüe qui joue à « qui-c'est-quje-vais-assassiner » !

Le collège a sonné, fermant en ses murs historiques le futur qui s'en balance. Du coup, motivée comme jamais -étrangement motivée, à vrai dire- je remonte me préparer : ma décision est prise, je saurai, aujourd'hui, qui est ce Jorod. Un personnage aussi prétentieux doit savoir ce que je pense de ses façons. Moi aussi, je suis prétentieuse ! Je commence donc à arpenter ma rue, par lecôté gauche, pour passer rapidement mes premiers voisins : ils n'auront pas déménagé dans la nuit !
Miriclaude Molette, dite Cléa au 17 : veuve depuis peu, hantant une énorme bâtisse de trois étages;proportionnée à son logis et à l'amour qu'elle vouait à feu son époux. Mort pour la France. Qui s'en balance. Au 19, Tina, frêle et tenace, gracile, « Sophrologue, hypnose éricsonnienne, méditation déambulée dans jardin » Bon, Tina. Elle est toujours là, et je ne saurai jamais si ses clients lui paient 45 euros de séance de « déambulation méditative dans jardin » les jours où mon chien course les chats, où ses potes à pattes l'encouragent : musicalement, c'est pas Jarousski, ça doit pas aider à faire le vide...
Bref, je dépasse donc la demeure de Tina Katrou-Véuniçu pour aller vérifier, au 23, si les jeunes locataires ont changé. (oui, je passe le 21 sans m'arrêter , je ne suis pas du genre à déranger ces personnes très âgées pour rien)
Pas de changement au 23 : les punkachiens (Jorod Bourrésoirématin)au A, les étudiants(Jorod Uchangerdorientation et Jorod Udiramévieu-Kjétudipa).
Qu'est-ce qui se passe ? Je deviens folle ou quoi ? Si je sonnais chez Hilde?Elle au moins, n'aura pas perdu le Nord! Hilde. Solide. Gaie. Rassurante. « Normale, » quoi, ironiserait ma collégienne en crochetant symétriquement ses index en guillemets virevoltants.
Hilde normale, sauf que je lis sur sa boite aux lettres : Jorod Ennuisette toutelajournéeaulieudallerbosser ! Non mais je débloque, c'est sûr. Et pas trace de ce foutu papier dans les autres boites à lettres!Bien sûr, comme par hasard, ils sont tous absents !
Je pousse jusqu'au garage du fond de la rue, évidemment : Jorod Mes argumentsdevente ! Non mais c'est pas vrai...c'est ça .. ? Et si, en rentrant ce midi, ma fille trouvait une folle hébétée à la maison ?

J'expire, lentement, je m'accroche à mon papier et je sonne chez Valou. Ses enfants aussi sont à l'école. Et au moins, avec son nom basque...Elle, elle a gardé l'emballage mais pas le cadeau : elle a jeté son mari avec les encombrants. Question de place.
Sur sa porte: Jorod-Dick Cétafaute !
Et bien sûr, elle ne répond pas. Je commence à penser que je suis victime d'une caméra cachée hypra-bien organisée. Mais non. Je suis méga, téra-nulle ce matin, et très bien réveillée, hein, je ne vous fais pas le coup du rêve- je préfèrerais, ce serait plus facile!-

D'ailleurs je vois le facteur arriver et je me précipite sur lui comme une perdue ! Zut, encore un nouveau qui me demande justement le nom de la personne qui habite au 15:c'est moi, c'est bien moi, je suis là, je crie. Il me prend littéralement pour une timbrée et s'enfuit en bafouillant un truc du genre « Jorodistribue...chais pasquoi » !
du coup je crois entendre ma vieille copine Trucula Bonbon « ah ma pauv, les facteurs c'est pus c'que c'était!yen a pus d'mettables de nos jours »

Bref, l'heure tourne, ma tête aussi, j'ai pas bu mon café et je trouve pas qui est ce stupide Jorod. Sûrement un être abject, un grand malade !
Comme moi, qui me mets en quête de ce truc absurde ! alternent les frissons et les coup de chaleur,
Mon regard perd de son éclat et mon esprit de sa superbe, brumes, dissipez-vous!
Assez barjoté, je décide de terminer ce que j'ai commencé (on se refait pas, hein, désolée), à savoir cette fichue vérification des boites aux lettres de ma rue ; je traverse et m'apprête à remonter côté pair : je vous épargne tous les jorod-machin que j'ai découverts, joro dis et jorod répète qu'il ne faut pas abuser du lecteur tout de même. Donc je vous la fais rapide, tous les noms des voisins méconnaissables, Irina la sapeur-pompière, Sidonie et Gilbert les sportifs du 4°âges et de la cinquième dimension sur leurs vélos-brindilles, Mario qui vit dans la rue parcequ'il n'a pas de jardin et que sa femme crie, etc.. ;
Je me lasse, vous aussi, et je lâche l'affaire, quand je tombe le nez contre ma porte d'entrée, fermée...à clé! Or, je n'ai pas pris ma clé, je n'ai dans mes mains moites que le papier, et mon portable.
Panique, et si...quelqu'un est entré ? Si Jorod m'attend à l'intérieur ? Il aurait donné un poison à Jean-Poil pour l'anéantir! Tremblants, mes doigts lâchent le papier chiffonné qui tombe mollement sur le seuil . Au verso, je déchiffre: Marcel JOROD, serrurier.




avatar
Polixène

Nombre de messages : 3054
Age : 55
Localisation : Dans un pli du temps
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://polixenne.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Polixène le Mar 17 Sep 2013 - 23:05

Mais qu'est-ce que vous êtes rapides! plus vite que votre ombre!
avatar
Polixène

Nombre de messages : 3054
Age : 55
Localisation : Dans un pli du temps
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://polixenne.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Rebecca le Mer 18 Sep 2013 - 3:30

Yé souis désolée coline, je suis rentrée si crevée et la tête en marmelade que je me suis couchée de suite en arrivant hier soir !
Et je me réveille maintenant. Je vais lire juste les consignes car je dois repartir tout à l'heure, et je verrai si ce week end j'arrive à me dégager du temps pour le faire en différé ...Sinon je me contenterai de vous commenter.
avatar
Rebecca

Nombre de messages : 12285
Age : 58
Date d'inscription : 30/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live annoncé pour le mardi 17 à 20h 30

Message  Invité le Mer 18 Sep 2013 - 5:13

Serai perdue, sans connexion pendant 4 jours, mais vous lirai avec plaisir au retour, sans oublier personne.
Merci coline pour le rude versant.
Bonne journée à tous!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo live, mardi 17 septembre, 20 h 30

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum