Exo anonyme « L'attente » : Au nom des pères

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Exo anonyme « L'attente » : Au nom des pères

Message  Modération le Sam 30 Mar 2013 - 17:19

Quinze jours chez ma mère, au nom des Pères

-Pourquoi mon père abattait-il sur mes joues de retentissants revers de sa main ornée d’une chevalière, sans énoncer jamais le moindre ultimatum ? Plutôt sage que turbulente, plus timorée que capricieuse, quel était le motif mérité de cette violence là ?
-Il ne supportait aucun bruit, me dit ma mère, sa passion et sa détente, il la tenait de la musique classique, comme ton grand-père JEAN, lui-même compositeur et peintre de sous-bois en Alsace ; Wagner, les Stravinsky, les Moussorgski , les symphonies puissantes qui chevauchent l’âme, alors vos jeux, avec Agnès en train de pousser la boîte de dragées PULMOL sur le damier du carrelage de la cuisine, ça lui portait sur les nerfs ! Le pauvre !
-Si on déteste les enfants, pourquoi en avoir conçu ? Tu te souviens de la terreur du dix-neuf heures au bruit de sa clef dans la serrure, la vie se figeait dans un long déferlement d’injustices, on se terrait dans nos chambres aux volets déjà clos pour la nuit ! Plus un mot, plus un jeu, plus de télé ; vingt- heures pile, heure réglementaire: celle du souper …
-A sept ans, tu sais, des parents divorcés, il n’a pas eu de chance, plaida-t-elle ! Le malheur a été son lot jusqu’à son mariage !
Certaines enfances sont de vraies saloperies, confirma ma mère qui pressentait que je ne la lâcherais pas sans ouvrir davantage la porte de ce passé paternel longtemps tu en famille comme un honteux secret , tant il était tragique d’en faire le récit à sa descendance.
CIORAN me revint à l’esprit : « Quand on vit en deçà du TERRIBLE, on trouve des mots pour l’exprimer. Dès qu’on le connaît du dedans, on n’en trouve plus aucun »
Peu enclin à accepter l’autorité d’ une belle-mère, Mama , jeune épousée de vingt ans cadette de JEAN , son père, divorcé vers la quarantaine , Pierre à la fin de grandes vacances houleuses, fut mis en pension aux enfants de troupe , et là …
-Enfants de troupe ?
-Oui, car ton grand-père Jean avait été nommé à Tiaret en Algérie pour la supervision des locaux du génie militaire !
-Ah, oui, je t’interromps, comme dans la chanson de Jean-Jacques DEBOUT : « En capote à boutons dorés, en casquette à galons dorés … »
-Si tu veux ou bien pis ! Un uniforme de pauv’ gosse qu’il troquera contre celui de l’infanterie, celui du piou- piou, engagé avant la mobilisation, puis envoyé au front dès les hostilités de 39 .
-Dans son implacable nécessité, la guerre l’ a épargné de peu, il aurait pu sauter dans son char , comme pour son compagnon précédent , tout ça pour voir finalement tant d’ horreurs. Réchappé du carnage, on le fit prisonnier dans un stalag, pour souffrir de froid en Allemagne par -10° dans des baraquements de mauvaise fortune…

JEUNESSE saccagée, génération sacrifiée ! Un seul souvenir mi- heureux ? Une aventurette avec une Fräulein dans une ferme où les prisonniers étaient en travaux forcés pour remplacer les bras des nazis employés à CASSER plus durablement d’autres vies !

Puis ma mère me conta comment des retrouvailles permises par la grand-tante Eliane, sœur de Mama, firent le reste après la LIBERATION de PARIS.
Le reste, moi, un mioche, dont il ne supportait plus les cris, car les études pour reprendre pour une formation universitaire de capacité en droit devenaient indispensables en ce dur et lugubre mois de Janvier où la carence de logement en ce temps de reconstruction rendait impossible la patience de vivre dans l’ amour d’un nourrisson .


Je sais à présent que LE BAISER DE L’ HOTEL DE VILLE , la superbe photo de Doisneau l’archétype de l’amour insouciant , illustre la vie de Pierre , ce père, grand , svelte par tant de privations , la chevelure ondulée en arrière , tandis que celle de ma mère enlacée et ravie, ses cheveux crantés remontés sur un chignon en forme de coque symbolise l’attente du bien aimé !
Je sais aussi que tous n’ont pas eu mon privilège de trépigner à quinze ans dans la hâte de ne pouvoir attendre l’émancipation lors de leur majorité !
Le baby boum des enfants rebelles jurant de ne plus faire d’enfants ou « La triste blague de naître pour mourir » avant de jouir sans Attendre, sans entraves et sans enfants !


Modération

Nombre de messages : 1361
Age : 104
Localisation : œ Œ ç Ç à À é É è È æ Æ ù Ù â  ê Ê î Î ô Ô û Û ä Ä ë Ë ï Ï ö Ö ü Ü – — -
Date d'inscription : 08/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo anonyme « L'attente » : Au nom des pères

Message  Invité le Sam 30 Mar 2013 - 19:00

Texte étrange.

Déjà le "baiser de l'hôtel de ville" est un montage à la Doisneau, ce qui s'est confirmé de manière dramatiquement burlesque lorsque, il y a quelques années, les protagonistes ont voulu récupérer un peu de pognon.

Où est l'attente ?
Partout et nulle part.

On pourrait faire un nouveau texte avec les "majuscules" :

Jean
Pulmol
Cioran
Terrible
Jean
Debout
Jeunesse
Casser
Libération
Paris

Le baiser de l'hôtel de ville.


Cette poésie "minimaliste" tant à la mode.
Tout cela est très attendu, en effet (de miroir).

Pour moi ça ne marche pas ; sorry comme disait Churchill.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo anonyme « L'attente » : Au nom des pères

Message  CROISIC le Sam 30 Mar 2013 - 20:09

les Pulmoll sont des pastilles brunes comme des p'tites crottes de chèvre... pas des dragées pour baptême.
avatar
CROISIC

Nombre de messages : 2665
Age : 63
Localisation : COGNAC
Date d'inscription : 29/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://plumedapolline.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo anonyme « L'attente » : Au nom des pères

Message  Janis le Sam 30 Mar 2013 - 20:25

J'aime assez le début
(au passage, si tous les enfants de divorcés se mettent à donner des claques, on n'est pas rendus !)

Ensuite je me perds dans les noms, les histoires, et surtout je n'aime pas trop les effets de forme (les majuscules, pourquoi ?)

sinon quand même, en relisant, en faisant abstraction de ce manque de clarté, c'est bien écrit, vraiment.
c'est un problème de construction je crois.
avatar
Janis

Nombre de messages : 13490
Age : 56
Date d'inscription : 18/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo anonyme « L'attente » : Au nom des pères

Message  Invité le Sam 30 Mar 2013 - 21:48

Les majuscules dans le texte ont sur moi un effet répulsif ! Cela donne une sorte d'emphase qui nuit au propos. Il y a des manières plus subtiles d'attirer l'attention du lecteur.
Je me suis perdue dans cette famille, j'ai eu l'impression d'un concentré tentant d'évoquer sur quelques lignes toute une épopée familiale, mais concentré explicatif qui peine à faire vivre un peu tout ce monde... Bref, je ne suis pas du tout convaincue par ce texte qui ne me fait à aucun moment vivre ou voir ce qu'il explique !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo anonyme « L'attente » : Au nom des pères

Message  Pussicat le Sam 30 Mar 2013 - 22:09

je n'accroche pas et même j'ai décroché assez vite perdue dans les noms et les phrases labyrinthes... et longues...
Modération a écrit:Le reste, moi, un mioche, dont il ne supportait plus les cris, car les études pour reprendre pour une formation universitaire de capacité en droit devenaient indispensables en ce dur et lugubre mois de Janvier où la carence de logement en ce temps de reconstruction rendait impossible la patience de vivre dans l’ amour d’un nourrisson .
et puis je ne comprends pas le sens de ces majuscules,
je ne vois pas où est l'attente,
la mise en page laisse à désirer avec des virgules qui se baladent partout, des espaces (?), des morceaux de phrases entiers que je ne pige pas.
j'ai rien capté. désolée.
avatar
Pussicat

Nombre de messages : 4725
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 17/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo anonyme « L'attente » : Au nom des pères

Message  Invité le Dim 31 Mar 2013 - 13:12

Oh ! Comme je connais la tyrannie d'un père qui ne souffre aucun bruit domestique et particulièrement enfantin, et "gave" sa famille de musique ! :-)

J'ai lu ce texte avec intérêt, mais franchement, je l'ai trouvé un peu touffu et ai eu un peu de mal à suivre. Il y a matière à écrire une nouvelle ou un roman. Ramassé en un seul exo, cela fait beaucoup.

Il y a beaucoup, beaucoup de choses et de directions à exploiter !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

EXO anonyme : l' attente

Message  soussan le Dim 31 Mar 2013 - 21:56

Une dragée n 'est pas qu 'une amande ! C 'est en seconde définition: un médicament enrobé de sucre. Un drageoir est une boîte à pilules.
Les bonbons Pulmoll, "p'tites crottes" and so on, sorte de remède sucré servaient à guérir les irritations de gorge et sa boîte dorée pour le jeu de glisse à la marelle, probablement.
Fortement ressenti, ce vécu d 'une page auto-fiction déversant les dégâts d 'enfance sacrifiée qui reproduit sur la génération suivante des violences et les frustrations qui génèrent des attentes.
Trois attentes, il semblerait? et une quatrième inversée.
- Connaître impérieusement les souvenirs lointains de la dernière survivante de l' histoire familiale occultée pendant l 'enfance,
- attendre pour elle, le promis au retour de guerre
- attendre (avec A majuscule) frénétiquement sa majorité pour fuir la sinistrose familiale, et finir sa vie sans avoir attendu un enfant.
Certes, de nos jours, tous les pères ne rendent pas les gentilles fessées ou claques reçues, mais certains autrefois assénaient de puissantes baffes à l ' époque où existaient ni les droits de l 'enfant ni l' abolition des sévices corporels ( 1956 environ)...
L 'autorité paternelle entière et indiscutable décidait de l 'abandon en pension, des corrections, les mères pliaient et se taisaient.

Au fait, il est minuit, Poisson d 'Avril ! Fin de l' attente. OUF
Ah! MERDE! J' me suis grillée avec ce putain de clavier qui me fout de répulsives majuscules inattendues et la ponctuation qui me gonfle !



avatar
soussan

Nombre de messages : 119
Age : 69
Date d'inscription : 31/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo anonyme « L'attente » : Au nom des pères

Message  obi le Lun 1 Avr 2013 - 15:31

Oui, on sent qu'il y a beaucoup de choses à dire pour le narrateur et ça sort peut-être de façon un peu touffue . Il y a bien des pistes à explorer en tout cas.

obi

Nombre de messages : 441
Date d'inscription : 24/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo anonyme « L'attente » : Au nom des pères

Message  Invité le Lun 1 Avr 2013 - 20:25

Je suis désolée si je t'ai blessée, Soussan, mais vraiment les majuscules dans le corps du texte, je trouve ça impossible ! Un peu comme si tu te mettais à crier au milieu d'une phrase !
Pour le reste, je comprends bien qu'il s'agit d'une auto-fiction, mais justement : il est d'autant plus difficile d'arriver à une écriture de nos souvenirs qu'ils sont pour nous chargés affectivement et qu'il nous paraissent forcément parlants ( puisque nous en connaissons tous les détails) alors que le lecteur, lui ne dispose pas de tous les codes !
Outre les majuscules, le principal reproche que je faisais à ton texte était d'être trop dense, trop bourré de personnages qu'on ne cerne pas bien ( alors que pour toi, ils sont évidents !) et trop condensé.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo anonyme « L'attente » : Au nom des pères

Message  soussan le Lun 1 Avr 2013 - 21:33

Oui, Coline, les majuscules, ce sont bel et bien des cris d'ndignation qui m 'ont échappé, ado, la haine du père me submergeait...
En fait j 'écris ce roman par bribes, si l 'on peut dire, pour mes deux nièces qui attendent, elles aussi, d 'obtenir des souvenirs de la vie de leur grand-mère très âgé! La densité qui produit une perception de touffu s'explique car elles seront des lectrices qui se retrouveront mieux dans l'échevau familial
Je ne suis pas vexée , la remarque était esthétiquement fort légitime.
Merci d 'avoir suivi cette forêt généalogique
avatar
soussan

Nombre de messages : 119
Age : 69
Date d'inscription : 31/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo anonyme « L'attente » : Au nom des pères

Message  Invité le Mar 2 Avr 2013 - 6:46

Pssst, soussan... juste comme ça en coup de vent vite fait : merci de veiller à ne pas trop accumuler les mots fleuris, ça te soulage peu-être mais n'a rien d'agréable pour le lecteur qui passe par là...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo anonyme « L'attente » : Au nom des pères

Message  Invité le Mar 2 Avr 2013 - 7:56

Lorsque le cri est trop fort, on comprend que c'est (au moins en partie) autobiographique. j'ai toujours beaucoup de mal à commenter ce genre de textes.
Juste ceci : les mots en majuscules affaiblissent la puissance du texte... On ne voit qu'eux, on est distrait...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo anonyme « L'attente » : Au nom des pères

Message  soussan le Mar 2 Avr 2013 - 9:01

Pas de majuscules, pas de ponctuation encombrante, pas de gros mots, au secours la discrimination verbale !
YES SIR!
Zut, j 'ai encore majusculé,,,,,,,,,,,,
avatar
soussan

Nombre de messages : 119
Age : 69
Date d'inscription : 31/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo anonyme « L'attente » : Au nom des pères

Message  Invité le Mar 2 Avr 2013 - 9:26

Il ne faut pas prendre mal les remarques, Soussan... Ce sont des points de vue personnels (quoique, l'expérience...) et nous sommes là pour nous entraider. Non ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo anonyme « L'attente » : Au nom des pères

Message  Modération le Mar 2 Avr 2013 - 9:28

soussan a écrit: Pas de majuscules, pas de ponctuation encombrante, pas de gros mots, au secours la discrimination verbale !
YES SIR!
Zut, j 'ai encore majusculé,,,,,,,,,,,,

Soussan, les remarques qui vous ont été adressées l’ont été gentiment et en toute amitié.
Les quelques règles de vie du site s’appliquent à tous et dans l’intérêt de tous, elles sont peu contraignantes et contribuent à la convivialité du lieu.


Modération

Nombre de messages : 1361
Age : 104
Localisation : œ Œ ç Ç à À é É è È æ Æ ù Ù â  ê Ê î Î ô Ô û Û ä Ä ë Ë ï Ï ö Ö ü Ü – — -
Date d'inscription : 08/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo anonyme « L'attente » : Au nom des pères

Message  Invité le Mer 3 Avr 2013 - 7:56

seconde lecture. soussan, je t'avais reconnue ! :-)
Excuse la petite police. j'essaie de ne pas crier :-)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo anonyme « L'attente » : Au nom des pères

Message  Sahkti le Mer 10 Avr 2013 - 10:24

Je n'arrive pas à entrer pleinement dans ce texte.
D'abord et surtout à cause du fond, car on ressent la douleur, la colère, la révolte, toutes ces forces aujourd'hui hurlées et face auxquelles on se sent impuissant, étranger aussi, avec la peur de briser quelque chose par un quelconque commentaire qui viendrait troubler cette intimité.
La forme ensuite. Les majuscules correspondent dans ma tête à un cri qu'on pousse mais ainsi disposées, je trouve qu'elles prennent trop de place et détournent le lecteur du texte, dommage.
La description ensuite. M'est avis que ça aurait été -encore - plus efficace avec moins de détails, moins de descriptions, histoire de faire ressortir le poids des silences, des portes qui se ferment sur les non-dits et tout cela.
Parce que tout est là, mais sans doute un peu trop exposé à mon goût. Simple avis perso, bien sûr.
avatar
Sahkti

Nombre de messages : 31257
Age : 43
Localisation : Suisse et Belgique
Date d'inscription : 12/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exo anonyme « L'attente » : Au nom des pères

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum